Étiquettes

, , , , , ,

Après le tri au faciès des mineurs et en fonction du nombre de places dans les bus des mineures à Calais et leur envoi sans aucune base légale dans des centres eux-mêmes hors du cadre légal de la protection de l’enfance, les nouvelles qui nous viennent des CAOMIE (Centres d’Accueil et d’Orientation pour Mineurs Isolés Étrangers) nous montrent des personnes en total manque d’information quant aux procédures qui vont déterminer leur avenir et n’ayant pas accès à des conseils indépendants et à des personnes pouvant les aider à accéder à leurs droits.

Rien pour les mineur-e-s concerné-e-s n’invite à la confiance. Certain-e-s ont pu entamer la procédure leur permettant d’accéder légalement au Royaume-uni avant la destruction du bidonville, puis être mises à l’abri dans le camp de containers ou au centre Jules Ferry, d’où ils et elles devaient en principe recevoir la réponse des autorités britanniques et partir éventuellement en Grande-Bretagne. Le Home Office y a mené là des entretiens, mais finalement tout le monde a été envoyé dans des CAOMIE (sauf une partie des mineures qui ont été envoyées dans les CAO adultes faute de place dans les CAOMIE prévu pour les mineures, ce qui renvoie à la question plus large de tou-te-s les mineur-e-s qui ont été envoyé-e-s dans des CAO adultes). Les personnes avec des gilets fluo « UK official » sensées du Home Office qui ont accompagné les jeunes dans les bus comme preuve tangible du suivi des personnes par l’administration britannique se sont volatilisées à l’arrivée dans les CAOMIE. Puis le temps a passé avant que ne commencent à revenir des personnes du Home Office pour de nouveaux entretiens.

Mais si des agents du Home Office reparaissent, les mineur-e-s ne sont pas mieux informé-e-s sur les procédures qui les concernent et sur les tenants et les aboutissants des entretiens qu’ils et elles subissent. Ce qu’ils et elles savent par contre après coup, c’est que dans certains CAO une partie des mineur-e-s sont considéré-e-s comme majeur-e-s.

Ce qui découle d’une circulaire du Home Office qui comprend une procédure de détermination de la minorité passant par l’élimination au faciès des personnes n’ayant pas l’air assez mineures, totalement illégale en droit britannique – mais ça se passe sur le sol français – totalement illégale en droit français – mais elle est pratiquée par des agents britanniques – et pratiquée dans des structures hors de tout cadre légal et dans lesquelles les mineur-e-s sont-e-s hors d’état pratiquement de faire valoir leurs droits.

Ils et elles sont également dans l’ignorance des critères qui font que toute une partie d’entre eux et elles ne seront au final pas accepté-e-s au Royaume-uni.

https://www.theguardian.com/uk-news/2016/nov/15/migrant-teenagers-without-family-in-uk-barred-except-syrians-and-sudanese

Vous pouvez télécharger la circulaire (en anglais) du Home Office ici.

Confrontés à la violence de l’absurde, trois jeunes afghans âgés de 16 ans hébergés dans le CAOMIE de Talence, près de Bordeaux, ont entamé une grève de la faim, ultime moyen qu’ils aient trouvé pour tenter de se réapproprier leur avenir.

https://www.theguardian.com/uk-news/2016/nov/14/afghan-children-hunger-strike-france-in-bid-to-rejoin-families-in-uk

 

on-n-est-pas-la-our-etre-ici