Étiquettes

, , , ,

Amnesty International se mobilise contre l’expulsion vers le Soudan des deux personnes arrêtées à Calais le 25 octobre pendant la destruction du bidonville et qui avaient des vols programmés pour Khartoum (voir ici et ).

Une présentation de leur situation et une campagne via twitter sont en ligne ici :

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/actualites/france-deux-personnes-bientot-renvoyes-dans-un-pays

Amnesty International propose aussi d’interpeller le ministre de l’intérieur par e-mail :


« Nous avons besoin de toute urgence de votre aide.
Deux jeunes hommes Soudanais, Ibrahim et Baker, risquent d’être expulsés à tout moment par la France vers des zones de conflit au Soudan.
Ibrahim a d’ailleurs déjà un vol prévu pour demain samedi [vol annulé, mais un autre vol est programmé pour mardi].

Aidez-nous à renforcer notre pression auprès du Ministre de l’Intérieur pour qu’il décide d’interrompre la procédure d’expulsion.

Vous pouvez interpeller le ministre via Twitter
Ou/et adresser le message ci-dessous à Bernard Cazeneuve : sec.immigration@interieur.gouv.fr
N’oubliez pas de nous mettre en copie: scampagne@amnesty.fr

Merci de votre aide

Monsieur le ministre,
Je vous écris pour vous demander d’interrompre l’expulsion de deux ressortissants Soudanais, Ibrahim C et Baker A, actuellement détenus au centre de rétention de Vincennes et pouvant faire l’objet à tout moment d’un éloignement du territoire.
Ibrahim C et Baker A sont respectivement originaires du Darfour et du Kordofan du Sud, deux Etats du Soudan où la guerre sévit depuis des années, et où les civils sont victimes de violations graves de leurs droits humains. S’ils sont renvoyés vers Khartoum, Ibrahim C et Baker A risquent en outre de subir des mauvais traitements de la part des services de sécurité soudanais.
La France est tenue, en vertu de la convention de 1951 relative au statut des réfugiés et de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, de ne pas renvoyer des personnes vers des pays où elles seraient exposées à des risques de violations graves de leurs droits humains.
Je vous remercie par avance de prendre en compte ma demande en interrompant les procédures d’expulsion en cours.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma haute considération. »


La Cour Européenne des Droits d’Homme a rejeté l’examen du recours en suspension de Baaaaa, qui a un nouveau vol programmé pour mardi 22 novembre. Elle est par contre en train d’examiner celui d’Ibrahim. Tous deux doivent encore être présentés devant le Juge des Libertés et de la Rétention demain 20 novembre et ont encore un recours pendant devant le tribunal administratif concernant le Soudan pays de destination.

Trois autres personnes enfermées au CRA de Vincennes ont été présentées à l’ambassadeur du Soudan en vue de leur expulsion vers ce pays.

 

prefDessin Paul Gendrot.