Étiquettes

, , , , , ,

La plupart protestent avec leurs pieds, et quittent les CAOMI (Centre d’Accueil et d’Orientation pour Mineurs Isolés – voir ici, ici, ici, ici et ) pour reprendre la route vers la frontière britannique. Tout comme le font les adultes (ou les mineur-e-s envoyé-e-s là suite à la procédure sommaire de tri lors de la destruction du bidonville de Calais) sommé-e-s de demander l’asile en France ou retourner dans leur pays, qui partent des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation – voir ici, ici, ici et ).

Mais d’autres s’accrochent pour faire valoir leurs droits, comme à Batz-sur-Mer, en Loire atlantique, où les mineurs manifestent, ou à Réalville, où les mineurs qui n’ont pas été acceptés par le Home Office pour rejoindre légalement le Royaume-uni sont en grève de la faim.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/12/19/2481899-exclusif-mineurs-cao-realville-sont-greve-faim.html

Notons que d’après La Dépêche les mineurs, conscients de leurs droits, demandent réponse motivée de refus de la part du Home Office. En effet, le regroupement familial dans le cadre du règlement Dublin III, qui sert à déterminer le pays responsable d’une demande d’asile, est une disposition du droit européen que les États sont tenus de respecter, et dont les personnes peuvent se prévaloir pour engager des recours en justice.

À l’heure où circulent des appels pour noyer les CAO et notre bonne conscience sous des cadeaux de Noël, l’urgence n’est-elle pas d’être aux côtés de ces personnes, dans leurs luttes et pour leurs droits ?

 

8308

Publicités