Mots-clefs

, ,

Au long des années de déguerpissement qui ont suivi la fermeture du Centre de Sangatte en 2002, les exilé-e-s n’ayant plus de lieu de mise à l’abri et étant chassé-e-s de lieu en lieu, la pression des associations a permis de gagner quelques améliorations.

Ainsi, au cours de l’hiver 2007 – 2008, après que l’État ait vainement été interpellé, la mairie de Calais réquisitionne l’ancien local du Bureau Calaisien de la Main d’Œuvre (BCMO) pour un accueil de nuit des exilé-e-s dans le cadre du plan grand froid. Cette mesure sera reconduite les années suivantes, malgré le changement de majorité municipale, en lien cette fois avec l’État.

Les pouvoirs publics ne fournissent que les murs, et c’est aux associations de gérer le lieu. Ce sont des bénévoles qui assurent l’accueil le soir, distribuent des cartons et une couverture pour tout couchage, passent la nuit sur place, assurent la fermeture le matin, distribuent le plus souvent un petit déjeuner, les personnes accueillies passant la journée dehors. Le lieu n’est ouvert que lorsque le plan grand froid est activé à son niveau 2, et referme aussitôt que la température remonte.

Les toilettes du BCMO restent fermées, sauf pour les bénévoles, sans doute qu’il ne faut pas salir, des toilettes chimiques sont installées pour les exilé-e-s à l’extérieur. Parfois la police arrête les personnes qui sortent pour s’y rendre, ou stationne devant.

Les conditions évoluent à partir de l’hiver 2013 – 2014. Une association d’insertion, Solid’R, est missionnée pour gérer le dispositif, sur une base professionnelle, avec un budget permettant d’améliorer les conditions d’Accueil. L’augmentation du nombre d’exilé-e-s à Calais au cours de l’année 2014 amène la préfecture à louer un hangar plus grand à partir de l’hiver 2014 – 2015.

http://www.lavoixdunord.fr/region/plan-grand-froid-a-calais-l-ouverture-du-hangar-pour-ia33b48581n2572644

Cet hiver rien ne semble prévu alors que le froid s’accentue. Après la fermeture du bureau d’enregistrement des demandes d’asile à la sous-préfecture de Calais, c’est une autre des mesures mises en place au fil du temps dont on constate la disparition suite à la destruction du bidonville.

 

1024px-pieter_bruegel_d-_a-_107Pieter Brueghel l’Ancien : Paysage d’hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux.

 

Publicités