Mots-clés

, , , , ,

Ce sont d’abord les exilé-e-s qui se sont mobilisé-e-s autour de leur situation dans les CAO (Centres d’Accueil et d’orientation – voir ici, ici, ici et ) et les CAOMI (CAO pour mineurs – voir ici, ici, ici, ici et ), avec parfois des soutiens locaux, comme dans la région Procence – Alpes – Côte d’Azur dès le tout début, en Occitanie ou à Rennes, mais souvent aussi sans recevoir de soutiens. Les mineur-e-s ont été très actifs dans ces protestations (voir ici et ).

Mais l’ampleur des placements en procédure Dublin (qui prévoit le renvoi dans le pays européen responsable de la demande d’asile d’une personne selon le règlement européen Dublin III, qui est le plus souvent le pays d’entrée dans l’Union européenne) et la multiplication des assignations à résidence (le plus souvent à l’extérieur des CAO mais parfois dans les centres) pour préparer les expulsions amène de plus en plus de mobilisations locales.

Embrayant sur ce mouvement, deux associations, l’Auberge des Migrants et Utopia 56 lancet un appel à mobilisation pour le 20 janvier.

https://www.facebook.com/events/234528087003771/

Le titre de la mobilisation, autour de la « promesse de Cazeneuve » (lorsqu’il était ministre de l’intérieur), ne fait pas l’unanimité, notamment auprès des groupes qui se sont mobilisés les premiers contre les risques d’expulsion des personnes en procédure Dublin.

Dès la création des premiers CAO en octobre 2015, cette « promesse », interprétée tantôt comme promesse de ne pas placer en procédure Dublin les personnes dont les empreintes digitales ont été enregistrées dans un autre pays, tantôt de ne pas procéder à leur expulsion, tantôt de ne pas les expulser tant qu’elles seraient en CAO (d’où les assignations à résidence en dehors des CAO pour préparer l’expulsion) a été battue en brèche tant par les déclarations des préfectures et les expulsions (voir ici et ) que par les circulaires successives qui sont venues encadrer le dispositif CAO (voir ici, ici et ). Dans les faits, les préfectures ont mis en place des pratiques très divergentes, qui tendent maintenant à converger vers la multiplication des assignations à résidence et des tentatives de renvoi, dans un contexte où le gouvernement multiplie les expulsions dans le cadre du règlement Dublin III et se dote d’un dispositif spécialisé d’hébergement pour les préparer, le PRAHDA. Cette « promesse » ne concerne par ailleurs que les personnes venant du bidonville de Calais, et non celles de Paris et de Grande-Synthe, près de Dunkerque, qui sont aussi concernées par le dispositif.

Des manifestations sont donc prévues, en lien ou non avec cet appel, dans les prochains jours, tandis que des pétitions circulent en soutien à des personnes en risque d’expulsion. Quelques exemples en une liste non exhaustive :

À Toulouse : rassemblement quotidien du 16 au 21 janvier de 12h à 14h place Wilson.

https://www.facebook.com/events/967351070032037/

https://www.facebook.com/events/137528256749243/

À Montpellier : rassemblement samedi 21 janvier devant la préfecture, place des Martyrs de la Résistance, de 15h30 à 19h.

https://www.facebook.com/events/368190016888289/

À Besançon : rassemblement vendredi 20 janvier devant la préfecture, 3 avenue de la Gare d’Eau, de 13h à 15h

Aussi une pétition : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_Prefet_de_Besancon_Raphael_Bartolt_et_son_secretaire_general_JP_Setbon_Annulez_le_Dublinage_de_Mansor_Taha_et_son_ren

Quimper : une manifestation est prévue vendredi 20 janvier à l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme.

Aussi une pétition : https://www.change.org/p/b%C3%A9n%C3%A9voles-du-cao-de-pleyber-christ-arr%C3%AAt-du-renvoi-de-2-jeunes-migrants-dublin%C3%A9s-du-cao-de-pleyber-christ

 

chaosLe chaos ou l’origine du monde – gravure de Picart.

Publicités