Étiquettes

, , , , ,

La multiplication des placements en procédure Dublin de personnes en CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation – voir ici, ici, ici et ) expulsées de Calais au mois d’octobre, avec des perspectives de plus en plus claires d’expulsion vers le pays européen responsable de la demande d’asile selon le règlement Dublin III, continue à susciter Des mobilisations (voir ici, ici, ici, ici et ).

Il est à noter que, comme c’est le cas depuis le début des CAO, les pratiques sont très variables d’une préfecture à l’autre. Certaines placent en procédure Dublin, d’autres pas, certaines aussi changent de pratiques, parfois suite aux mobilisations.

Ainsi, en Seine-Maritime, où suite à la médiatisation de la situation, la préfecture a abrogé une série d’arrêtés de transfert (décision d’expulsion vers le pays responsable de la demande d’asile selon Dublin III, en général le pays d’entrée dans l’Union européenne). Mais les personnes restent en procédure Dublin, au moins pour l’instant, sachant que si les autorités françaises ne les expulsent pas dans les six mois elles deviendront responsables de l’examen de leur demande d’asile.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-prefecture-de-seine-maritime-prend-des-arretes-pour-expulser-des-migrants-qui-veulent-demander-l-asile-en-france-1486315079

En Indre-et-Loire, une pétition est en ligne pour soutenir les demandeurs d’asile en procédure Dublin du CAO de Saint-Pierre-des-Corps :

https://www.change.org/p/la-pr%C3%A9fecture-non-au-retour-en-italie-pour-nos-amis-f69056d0-ed6d-436f-a0cd-374d9e9d726a

Un rassemblement plus large est également prévu demain jeudi 9 février à 17h30 place de la Préfecture à Tours :

https://larotative.info/pour-le-respect-du-droit-d-asile-2066.html

À Talence, près de Bordeaux, ce sont les exilés qui ont manifesté lundi dernier face à l’incertitude quant à leur avenir alors que les mois passent.

http://rue89bordeaux.com/2017/02/arts-initiative-citoyenne-aider-migrants/

On remarque en lisant cet article un phénomène qui est assez fréquent. Les bénévoles n’ont pas vu venir cette mobilisation, les choses avaient l’air de se passer bien, malgré des difficultés avec l’organisme gestionnaire du CAO. Mais le quotidien peut aller bien, les exilé-e-s sont ici pour construire leur avenir, et ont souvent le souci de proches resté-e-s en arrière qu’ils et elles veulent soutenir. Leur projet n’est pas de passer de bonnes journées qui se succèdent sans perspectives. Quelque soit la qualité du quotidien, la question de l’avenir est primordiale.

 

Miro : L’Étoile du matin.

Advertisements