Mots-clefs

, ,

Ahmed Ali a refusé d’embarquer aujourd’hui sur le vol au départ de Marseille (voir ici et ) qui devait l’expulser au Soudan via Paris et Doha. C’est son deuxième refus d’embarquement.

Il est toujours en garde-à-vue dans les locaux de la police aux frontières, et il doit passer demain en comparution immédiate demain pour s’être opposé à son expulsion, ce qui est un délit en droit français (charmant pays).

Le pire est donc évité pour aujourd’hui. Mais, en dehors des poursuites pénales, Ahmed Ali reste avec une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) avec le Soudan comme pays d’expulsion, d’une durée de an, et peut retourner en rétention en cas d’expulsion.

Nous vous tiendrons au courant de la suite.

 

Armand Auguste Balouzet : Chemin après l’orage.

Publicités