Mots-clés

, ,

Ahmed Ali, qui devait être expulsé aujourd’hui depuis Marseille vers le Soudan, a refusé d’embarquer dans l’avion. L’expulsion n’a pas eu lieu (voir ici, ici et ).

En France, c’est un délit de s’opposer à son expulsion. Il est détenu jusqu’à son procès en comparution immédiate, qui aura lieu demain.

Le procès aura lieu demain jeudi 23 mars à 13h30 au tribunal de grande instance d’Aix-en-Provence, 40 boulevard Carnot https://goo.gl/maps/5GfrPSe66op  . Les soutiens de Ahmed Ali appellent une présence solidaire nombreuse à l’audience.

Pour comprendre pourquoi Ahmed Ali refuse d’être renvoyé au Soudan, on peut lire les textes d’Amnesty International :

https://www.amnesty.org/fr/countries/africa/sudan/report-sudan/

ou de Human Rights Watch :

https://www.hrw.org/fr/news/2016/09/08/lettre-concernant-la-situation-des-droits-de-lhomme-au-soudan

mais aussi les conseils prodigués par le ministère des affaires étrangères aux Français, où l’on voit que le territoire soudanais est pour moitié « formellement déconseillé », et pour l’autre moitié « déconseillé sauf raison impérative » :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/soudan/

Mais ça c’est pour les Français, les Soudanais on peut les renvoyer sans problème.

 

Voici le texte diffusé par le collectif Migrants 13 faisant le point sur la situation et appelant à venir soutenir Ahmed Ali demain au tribunal :

12h40, à l’aéroport de Marignane, Ahmed Ali a fait un refus d’embarquer. Quelques passagers sympathisants mais pas de mouvement massif de solidarité. Pas de journalistes intéressés par la question (honte à la presse). Une trentaine de solidaires, chukran.

Ahmed a été différé au pénal pour le fameux «refus d’embarquement» qui se catégorise comme refus de coopération / refus d’obtempérer à une décision de justice. Sous cette accusation, il risque d’être condamné pour de trois mois à trois ans de prison ferme, avec à la clef un retour au CRA et une nouvelle expulsion au Soudan.

En ce moment il est en garde à vue à la PAF, il va par la suite être emmené en garde à vue à Aix en Provence, dans les géoles du tribunal de grande instance ou dans un commissariat.

DEMAIN IL PASSERA EN COMPARUTION IMMÉDIATE AU TRIBUNAL D’AIX EN PROVENCE, sans doute à 13H30. IL EST PLUS QUE JAMAIS NÉCESSAIRE DE LE SOUTENIR ET DE DÉMONTRER A CETTE JUSTICE FRANÇAISE QU’IL N’EST PAS ISOLÉ, QUE NOUS SOMMES NOMBREUX À SES COTÉS À NOUS OPPOSER AUX VIOLENCES ADMINISTRATIVES DONT IL EST L’UN DES NOMBREUSES VICTIMES.

Demain en comparution immédiate, Ahmed va demander un rapport de l’audience pour échapper à la justice d’abattage et pouvoir se défendre correctement. Il va également demander une assignation à résidence chez un ami ce qui lui épargnerait l’incarcération dans la maison d’arrêt de Luynes, de continuer à compléter son recours à la CNDA accompagné de personnes compétentes.

Nous rappelons encore l’importance de soutenir Ahmed Ali, l’intolérable des expulsions vers la mort au Soudan dont il est menacé. La place d’Ahmed n’est pas plus dans un commissariat ou une prison française que mort entre les mains des autorités soudanaises. Sa place est dans l’espace libre, parmi ses amis, qu’il puisse faire sa demande d’asile ici et enfin s’installer, briser l’errance, les incarcérations illégitimes et consécutives et se reconstruire.

TOUTES PERSONNES SONT INVITÉES À SE RENDRE A L’AUDIENCE DE LA COMPARUTION IMMÉDIATE DEMAIN A 13h30 A AIX EN PROVENCE, IL EST PLUS QUE JAMAIS IMPORTANT D’ÊTRE MOBILISÉS ET SOLIDAIRES POUR QU’UN MINIMA DE JUSTICE SOIT RESPECTÉ.

La présence en nombre est importante dans un contexte ou de moins de moins d’assignations à résidences sont accordées par les tribunaux d’Aix-en-Provence, de plus en plus obtus et sévères.

SOYONS NOMBREUX !

LIBERTÉ POUR AHMED ALI !

PERSONNE N’EST ILLÉGAL ! »

 

Zhu Da : Deux oiseaux.

Publicités