Étiquettes

, , ,

Si Ahmed Ali a échappé à l’expulsion vers le Soudan en refusant d’embarquer à l’aéroport de Marseille (voir ici, ici, ici et ), il est par contre poursuivi en justice pour avoir fait obstacle à son expulsion. Il devait être jugé en comparution immédiate jeudi dernier, mais il a demandé comme c’est de droit à avoir le temps de préparer sa défense. Il est donc libre dans l’attente du procès qui aura lieu le 27 avril.

Voici le message du Collectif Soutien Migrants 13, datant de jeudi dernier :

« Ahmed Ali, le copain soudanais qui s’est opposé à son expulsion vers le  Soudan hier, a été libéré par le tribunal de grande instance d’Aix le  temps de son jugement qui a reporté au 27 avril prochain.

En faisant « obstruction à son éloignement », il s’est en effet exposé à  des poursuites pénales, c’est pourquoi il avait été placé en garde à vue  hier et comparaissait en comparution immédiate aujourd’hui. Lui et son  avocate ont demandé le report de procès : ils l’ont obtenu.

En attendant le jugement, cette liberté provisoire, échapper à quelques  semaines de détention à la prison de Luynes, c’est déjà une victoire !
Hurriya !

On reste mobilisé pour l’audience du 27 avril (en attendant + de  précisions) pour laquelle il risque quand même une condamnation à la  prison et à une interdiction du territoire français (la fameuse ITF qui  empêche toute régularisation pendant une durée de 2 ans).

En attendant l’OQTF est toujours valide, mais suspendue le temps de ce  jugement. Il s’agit maintenant pour lui de faire reconnaître son droit  d’asile devant la Cour nationale du droit d’asile.

Et pour nous tous, de continuer à lutter contre toutes ces tentatives  d’expulsions de la France vers le Soudan (ou ailleurs) qui s’inscrivent  dans des politiques anti-migratoires européennes de plus en plus  criminelles.

Pas un pas en arrière ! »

 

Zhu Da : Lotus et oiseaux.

Advertisements