Étiquettes

, , , , ,

Rafles, violences physiques et verbales, gazage des personnes et des couvertures, tel est le quotidien pour les exilé-e-s à Calais. Alors des militant-e-s essayent d’être là, caméra à la main, pour témoigner.

Ce matin vers 8h, rafle d’un groupe d’une trentaine d’exilés qui dormaient enroulés dans des sacs de couchage ou des couvertures, sur un tas de gravier. La plupart sont mineurs. Une vingtaine d’entre eux sont arrêtés.

Un militant de la Cabane juridique de Calais filme la scène. Il est arrêté et placé en garde-à-vue pour « occupation d’un terrain privé en vue d’y installer un domicile » (rappelons qu’il s’agit d’un tas de gravier dans un zone industrielle).

Si les exilés arrêtés ont été relâchés, Renaud est toujours en garde-à-vue à l’heure où nous écrivons.

Vous pouvez le soutenir en téléphonant au commissariat pour demander de ses nouvelles : 03 21 19 13 17. Merci par avance.

 

Advertisements