Étiquettes

, ,

La soirée de ce dimanche de Pâques. Huit jeunes sont autour d’un banc, au bord du canal. Ils bavardent et boivent des bières. Scène banale. Mais ces huit jeunes ont la peau noire, ce sont des « migrants », ils sont venus d’Érythrée. Deux fourgons de CRS s’arrêtent. Les policier-ère-s dispersent les jeunes à coup de gaz et de matraque. Les deux qui n’ont pas couru assez vite sont tabassés. Le plus jeune n’a pas 14 ans.

À Calais, les violences policières sont quotidiennes.

 

Publicités