Mots-clefs

, , , ,

Le TGV de Calais entre en Gare du Nord à Paris. Il longe une longue grille qui le sépare de la voie suivante, comme un prolongement des grilles qui enserrent les voies ferrées aux approches de la gare de Calais – Fréthun, qui est entre autres la dernière station avant le Tunnel sous la Manche pour les voyageur-se-s en partance pour le Royaume-uni. Du côté du hall de la gare, les grilles se transforment en un mur de verre, visuellement moins agressif.

Depuis quand ces grilles, prolongées d’un mur de verre, qui défendent les accès au Royaume-uni, sont-elles en place dans une gare parisienne ?

Une étrange négligence explique notre ignorance. Les plus anciens murs anti-migratoires empêchant l’accès au territoire des pays européens recensés dans les chronologies sont en Afrique et entourent les villes de Melilla et Ceuta, enclaves espagnoles sur le sol marocain. Elles datent de 1998 et 2001.

http://lesmurs.org/index.php/fr/26-000-km-de-mur/les-murs/chronologie

Le port de Calais s’entoure lui de grilles en 2000, suivi par le périmètre entourant l’accès au Tunnel sous la Manche, côté français, en 2001, et la gare de Calais – Fréthun en 2002. Suivent d’autre ports français de la Manche, Dieppe en 2001, Cherbourg et Roscoff en 2002. Ces murs au cœur de l’Europe sont absents des chronologies.

https://passeursdhospitalites.files.wordpress.com/2014/01/chapitre_6.pdf

Le Protocole de Sangatte de 1991 prévoit, en amont même de l’ouverture du Tunnel sous la Manche (en 1994) des contrôles britannique à l’accès français au Tunnel sous la Manche, ainsi que des contrôles français du côté britannique. Un protocole additionnel de 2001 étend ces contrôles aux gares de Londres Saint-Pancras, de Lille Europe et de Paris – Gare du Nord.

Vous qui faites partie des plus de deux cents millions de voyageur-se-s qui passent chaque année en Gare du Nord, savez-vous quelle année un mur s’est érigé au cœur de la gare pour matérialiser la frontière avec le Royaume-uni, image érigée parmi nous des politiques migratoires britanniques et de la collaboration du gouvernement français ?

 

Plan d’Albert Mathieu-Favier pour un service de diligence par un tunnel sous la Manche, daté de 1802, avec d’énormes cheminées de ventilation.

Publicités