Mots-clefs

, , , , ,

Nous avions parlé de la mort de Kim Le, exilé venu du Vietnam, qui s’est suicidé à l’hôpital. On en sait un peu plus sur lui, qu’il s’était fixé en France, qu’il y avait sa vie, qu’il aidait ses compatriotes du campement d’Angres, comme d’autres bénévoles locaux.

Mais la réalité est lue à travers une grille profondément racialisée. Il y a les « passeurs », nécessairement « sans scrupules », « aux activités très lucratives » – et étrangers. Et il y a les aidants, désintéressés et européens. Ces deux postulats sont faux. Toute contrebande, fut-elle de personnes, est aussi ou d’abord l’affaire des locaux-les, des frontalier-ère-s. Et la solidarité, l’entraide, est quotidienne entre exilé-e-s.

Kim Le est happé par cette lecture racialisée. Il ne peut qu’être passeur. Arrêté, il est emprisonné trois mois dans l’attente de son procès, durée reconduite trois mois, alors qu’il a ce qu’on appelle des garanties de représentation, c’est-à-dire une vie stable et un domicile qui conduisent normalement à penser qu’il va se présenter à son procès sans qu’il y ait besoin de l’emprisonner en attendant. Alors il va mal, et il est enfermé dans l’unité psychiatrique pour détenus de Séclin.

http://www.liberation.fr/societe/2013/11/07/passes-du-circuit-psy-au-circuit-prison_945454

Et là, pris entre machine à broyer et délaissement, il se tue;

 

Communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme que vous pouvez télécharger ici :

« Ligue des Droits de l’Homme
Section de Lille

Communiqué :

Un jeune Vietnamien de 24 ans, Kim Le, s’est suicidé dans l’Unité hospitalière de Seclin donnant des soins psychiatriques aux détenus malades. Kim Le était incarcéré pour une aide supposée à des compatriotes en errance sur une aire d’autoroute à proximité de Lens.

Bien inséré, vivant avec une Française, il avait été mis en détention préventive après une opération de police à l’encontre des migrants asiatiques d’Angres. Il avait très mal vécu et ressenti cette incarcération de trois mois et plus encore l’annonce de la reconduction de cette mesure pour un nouveau trimestre alors qu’il s’attendait à une décision de non lieu.

Ce mal vivre l’avait conduit à une hospitalisation dans les services de l’hôpital de Seclin.

Désespéré par l’annonce de la poursuite de l’emprisonnement, fragilisé par son isolement et son impossibilité de communiquer, il a mis fin à ses jours.

Rien ne pourra jamais redonner vie à Kim Le.

Victime de son acte de compassion et de solidarité envers ses compatriotes. Victime de discrimination raciale lors de sa mise en prison. Victime de conditions morales et psychologiques de détention. Kim Le représente un concentré de la bêtise et de l’inhumanité d’une politique de répression aveugle des migrants et de ceux qui leur portent aide et conseil.

La Ligue des Droits de l’Homme de Lille pleure en Kim Le une jeune vie injustement détruite au cœur de notre région des Hauts de France, au cœur de notre métropole européenne de Lille.
Pour que cette mort ne soit pas totalement inutile, la LDH entend informer les lillois et les gens du Nord de ces faits insupportables. Elle entend aussi interpeller toutes les autorités incriminées directement ou indirectement dans cette mort afin que de tels faits ne puissent se reproduire à l’avenir.

Pour que plus personne ne puisse être emprisonné et mourir pour avoir été compatissant et solidaire.

Lille, le 7 juin 2017

Gérard Minet, secrétaire. »

 

Lebadang : série « Espace » – sans titre.

 

Publicités