Face à l’escalade de la violence orchestrée par l’État, trois personnes ont décidé d’exprimer leur colère et leur refus de cette politique à Calais : ils ont entamé une grève de la faim depuis le lundi 11 octobre, à l’église St-Pierre de Calais. Les revendications sont les suivantes :

  • Suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale ;
  • Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées ;
  • Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l’ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.

Soutenons les grévistes de la faim :

  • Distribuer/coller des flyers/affiches de la grève
  • Créer des performances artistiques dans l’église ou lors du marché par exemple. Pendant cette protestation, sont organiser des événements (diffusion de films, exposition, création d’une vidéo participative où chaque calaisien.ne est invité.e a laisser un message d’accueil aux personnes exilées), des actions pour rendre visible la grève sont les bienvenues
  • Diffuser le communiqué ci-dessous
  • Relayer les infos publiés sur le compte instagram : https://www.instagram.com/faimauxfrontieres/
  • Rejoindre le jeune, pendant un ou deux jours
  • Venir les voir à l’église St Pierre, place Crève Coeur : plus que jamais ils ont besoin de tous.te.s

    (Lire manifeste ci dessous)
Une banderole décompte les jours depuis le début de la grève de la faim, sur la façade de l’église Saint Pierre à Calais. (Photos : Julia Druelle)
Ludovic, Anaìs et Philippe, les trois grévistes de la faim, dans l’église Saint Pierre à Calais.