Étiquettes

, , ,

Libres.
I. , enfermé au centre de rétention de Coquelles, à coté de Calais, depuis le 9 janvier dernier, et M., déjà déporté depuis les Pays Bas pour être enfermé à Metz, ne risquent plus une déportation imminente vers le Soudan.

Tous les deux sont passé face a l’ambassade  pour qu’ils délivrent le laissez passer nécessaire à leur expulsion; M. le 14 fevrier et I. juste avant hier, peu avant la fin de sa rétention, la durée maximale étant de 45 jours.

Normalement dernière étape avant l’avion, cette fois ci la préfecture (tous les deux, du Pas de Calais et de la Moselle) y a repensé. Les préfets sont les personne a l’origine (ou mieux, les signataires) des OQTF destination Soudan qui avaient entraîné les mesures pratique pour leur déportation.
I. et M.  ont été libéré aujourd’hui, suite a un « re-examen de la situation administrative », une décision préfectorale.

Merci à tous ce-lles-ux qui ont répondu à l’appel des derniers articles en écrivant aux préfets.

Un peu d’espoir, et un encouragement à continuer à se mobiliser et soutenir les personnes même dans les impasses les plus profondes de cette république.
Un souhait, que plus que revenir sur des décisions, en laissant les personnes en rétention courant un risque constant entre temps, les mesure d’éloignement des étrangers ne soient pas données sans réfléchir, de façon quasi-systématique.

 

Publicités