Étiquettes

, , ,

Être expulsé-e-s vers un pays européen ne garanti pas le respect des droits. D’une part parce que certains pays européens ne respectent pas les droits des exilé-e-s, parce que les possibilités d’accéder à une protection ou à un titre de séjour sont très disparates d’un pays à l’autre. Mais aussi parce que certains expulsent plus que d’autres vers tel ou tel pays en guerre ou bien où les risques de violation des droits sont particulièrement importants.

Ainsi l’Italie a conclu un accord de réadmission avec le Soudan pour faciliter les expulsions vers ce pays. Ainsi la Norvège a un taux de reconnaissance particulièrement bas pour les demandeur-se-s d’asile afghan-e-s, et a une mécanique tout-à-fait rodée pour expulser vers l’Afghanistan (voir ici, ici et ).

Ainsi, de janvier à avril 2017, sur 3945 demandes d’asile qui leur ont été adressées, les autorités norvégiennes ont accordé une protection dans 56% des cas, un permis de séjour limité dans l’attente de la détermination de l’identité d’un-e mineur-e isolé-e- étranger-ère présumé-e dans 7% des cas, et a rejeté 37% des demandes (soit un taux d’acceptation pratiquement double de celui de la France).

https://www.udi.no/en/statistics-and-analysis/statistics/asylum-decisions-by-citizenship-and-outcome-2017/

Par contre, pour les Afghans, au cours de la même période, sur 1179 demandes 22% ont reçu une réponse positive, 23% un permis de séjour limité pour des mineur-e-s présumé-e-s dans l’attente de la détermination de leur identité, et 55% une réponse négative. En France, on est par contre à un taux de reconnaissance par l’OFPRA de 80% en 2016.

D’où le schéma demande d’asile en Norvège – rejet dans la majorité des cas – les personnes déboutées continuent leur route en Europe, et demandent l’asile dans un pays plus favorable comme la France. Les autorités françaises les renvoient en Norvège, pays responsable de leur demande d’asile selon le règlement européen Dublin III (parce que premier pays où ces personnes ont déposé une demande), et la Norvège les expulse en quelques jours vers l’Afghanistan sans que les personnes aient accès à un conseil juridique indépendant et donc la possibilité de déposer un recours.

Deux nouvelles situation d’expulsion imminente, avec appel à soutien :

 


 

Une pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-contre-l-expulsion-imminente-de-qanbar-en-afghanistan-annulez-son-transfert-en-norv%C3%A8ge

« Le cauchemar de Qanbar, afghan de l’ethnie hazara qui est persécutée en Afghanistan, commence après s’être opposé à la lapidation à mort de sa sœur. Cela lui vaut des menaces de mort.

Il fuit son pays, débarque en Norvège où il se voit refuser le droit d’asile (comme la grande majorité des Afghans : 25,2% d’accord contre 80,6% en France). Menacé d’être expulsé, Qanbar rallie la France, mais le règlement Dublin s’applique : il est incarcéré et doit retourner en Norvège.

Il est actuellement en Centre de Rétention Administrative et sans intervention, il sera expulsé en Afghanistan incessamment.

Il faut agir vite et annuler l’application de la procédure Dublin qui décide de l’expulsion en Norvège et l’autoriser à demander l’asile en France. »

Pour plus d’information :

https://blogs.mediapart.fr/francais-langue-daccueil/blog/060517/la-france-merite-mieux-que-ca

 


 

Et une mobilisation par e-mail :

HAFIZULLAH, 22 ANS, RENVOYE EN AFGHANISTAN VIA LA NORVEGE

Pour demander la libération d’Hafizullah qui va être expulsé en Afghanistan via la Norvège, merci de faxer, mailer à la préfecture de la Lozère. Vous pouvez utiliser le texte ci-dessous :

Hafizullah, jeune Afghan de 22 ans, menacé d’expulsion vers l’Afghanistan

Hafizullah, assigné à résidence à Marvejols, Lozère, a été arrêté déloyalement lors d’un pointage obligatoire à la gendarmerie, et emmené au centre de rétention de Lyon.
La France va l’expulser vers la Norvège car il y avait fait une demande d’asile.
Elle avait été rejetée.
Terrorisé à l’idée d’être expulsé vers son pays d’origine, par la Norvège qui a déjà expulsé 577 Afghans depuis février 2016, Hafizullah est venu demander la protection de la France qui ne considère pas l’Afghanistan comme un pays sûr.
En 2015, Hafizullah avait fui l’Afghanistan après l’assassinat de son père par les talibans. Sa vie est en danger dans ce pays toujours en guerre.
Je refuse qu’Hafizullah SAFI soit expulsé vers la Norvège, puis l’Afghanistan.
Je demande qu’il soit libéré et puisse déposer une demande d’asile en France.

Cabinet du préfet
Fax 04 66 49 17 23
Préfet – Hervé Malherbe
herve.malherbe@lozere.pref.gouv.fr

Secrétaire général – Thierry Olivier
thierry.olivier@lozere.pref.gouv.fr

Fax 04 66 49 03 17
Directrice des services du cabinet – Nadine Monteil nadine.monteil@lozere.pref.gouv.fr

Service des étrangers
Fax 04 66 49 67 22
courrier@lozere.pref.gouv.fr

Chef du bureau des titres et de la circulation – Évelyne Boukera
evelyne.boukera@lozere.pref.gouv.fr

Fax 04 66 49 67 22
Et, pour faire savoir ce qu’on pense là où se prennent les décisions :
jean-pierre.jouyet@elysee.fr Secrétaire général Elysée
premier-ministre@pm.gouv.fr Matignon
patrick.strzoda@pm.gouv.fr Dircab Matignon Ex-Dircab Matignon
julie.burguburu@pm.gouv.fr Dircab adjointe Matignon, ex-Dircab adjointe Intérieur
magali.charbonneau@pm.gouv.fr Conseillère Matignon ex-conseillère immigration Intérieur
jean-luc.nevache@interieur.gouv.fr Dircab Intérieur
emmanuel.cayron@interieur.gouv.fr Conseiller immigration
sec.immigration@interieur.gouv.fr      sec.dircabadj@interieur.gouv.fr »

 

Claude Monet : Sandvika, Norvège.

Publicités