Mots-clés

, , , , , ,

Le processus a été lent de discussion à l’intérieur de chaque communauté et entre les communautés pour arriver à une formulation commune. Il a occupé une partie de la journée d’hier et d’aujourd’hui, pour déboucher sur un texte qui a été adressé au préfet du Pas-de-Calais et remis à la sous-préfecture.

Il a également été remis au député Yann Capet, qui est venu rencontrer les exilés et les associations sur le lieu de distribution des repas.

 

« Monsieur le Préfet,

Nous vous invitons à venir nous rencontrer pour discuter des solutions à apporter à notre situation. Vous trouverez ci-dessous nos demandes.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sincères salutations.

Les exilés présents à Calais.

Nous, les migrants sans abris de Calais, occupons le lieu de distribution alimentaire. Toutes les communautés se sont réunies et ont décidé de s’unir pour trouver une solution à notre situation. Nous ne voulons plus vivre comme des animaux mais comme des être humains normaux et avoir accès à des conditions de vie dignes peu importe que nous ayons ou non des papiers.

Nous sommes tous venus en Europe pour demander l’asile et nous avons des raisons pour le faire dans le pays de notre choix. La grande majorité d’entre nous souhaite faire cette demande en Angleterre. Ceux qui ne sont pas encore convaincus, après être restés à Calais pendant quelques temps et avoir vécu ces conditions de vie indignes et vu le traitement réservé aux demandeurs d’asile, ne veulent pas vivre en France.

Nous ne pouvons plus accepter que des chiens soient mieux traités que nous et nous ne partirons pas d’ici tant que nous n’aurons pas la garantie d’avoir accès à des conditions de vie dignes d’êtres humains. Nous resterons et résisterons ici, ensembles et visibles, jusqu’à ce que nos revendications soient entendues. Nous souhaitons vous rencontrer pour vous faire part de nos exigences qui sont les suivantes :

– Des maisons à Calais pour tous les migrants qui souhaitent se rendre en Angleterre et les demandeurs d’asile forcés de vivre à la rue

– Des maisons avec des conditions d’hygiènes respectables : toilettes, douches, service de poubelle

– Des maisons où l’on peut aller et venir à n’importe quelle heure pour pouvoir continuer d’essayer de passer en Angleterre

– Des maisons à l’abri des contrôles policiers, de ses mauvais traitements et des expulsions

– Avoir accès à trois repas par jour

– que des négociations soient ouvertes entre la France et le Royaume-uni pour que les personnes aient accès au territoire britannique. »

Pentax Digital CameraBanderoles sur les grilles du lieu de distribution des repas.

 

Publicités