Étiquettes

, , , ,

C’est avec un sens précis du symbole que la préfète du Pas-de-Calais a choisi le 18 juin, jour anniversaire de l’appel du général De Gaulle à la résistance (voir ici et ), pour organiser des rafles d’exilés à Calais et le placement d’au moins cinquante-quatre d’entre eux en rétention, avec notamment des décisions d’expulsion vers l’Afghanistan et le Soudan.

L’opération a été renouvelée pendant la semaine du 20 au 27 juin, avec une trentaine de placements en rétention, et encore des OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) vers l’Afghanistan et le Soudan).

Les personnes ont été dispersées dans différents centres de rétention à travers la France, parfois emmenées en avion depuis l’aéroport de Mark, à côté de Calais, qui est de plus en plus utilisé pour ce genre d’opération.

Il est par conséquent difficile de collecter les informations sur ce que deviennent ces personnes une fois placées en rétention. Une partie a été libérée par les juges (tribunal administratif ou juge des libertés et de la détention – JLD), d’autres parce que la préfète n’a pas prolongé la rétention au-delà de 5 jours, ce qui évite le passage devant le JLD.

Mais dans d’autres cas, des rendez-vous avec le consulat du pays de destination (pour en obtenir le laisser-passer nécessaire à l’expulsion) ont été organisés et des places sur des vols pour Kaboul et Khartoum ont été réservées. Des expulsions effectives sont donc possibles.

 

Ci-dessous,  le communiqué et l’appel à mobilisation du Groupe Information Rétention Calais :

« De Calais à Kaboul en passant par Khartoum

Arrestations massives, placements en Centre de Rétention Administrative, tentatives de renvois en Afghanistan et au Soudan: l’autre versant du plan Cazeneuve !

Le 18 juin, Calais a connu une rafle d’au moins 54 personnes qui ont été arrêtées puis envoyées dans différents centres de rétention en France : Vincennes, Rouen, Mesnil Amelot. Rafle passée inaperçue…Dans la semaine du 22 au 27 juin, ce sont plus de 30 personnes arrêtées à Calais qui ont été placées au CRA de Coquelles puis transférées le lendemain pour un autre centre de rétention : Nice, Sète, Mesnil Amelot, Rouen, Metz. Le temps d’arriver au centre de rétention, le délai de 48 heures pour pouvoir exercer son droit au recours devant le tribunal administratif contre la décision de la préfecture du Pas-de-Calais saute. Le TA délivre, ces dernières semaines, systématiquement des OQTF (obligation de quitter le territoire français) à destination du pays d’origine des exilés. Ainsi les retenus ne peuvent pas contester leurs décisions de renvois vers l’Afghanistan, le Soudan, l’Irak, l’Éthiopie, la Libye, le Pakistan ou encore le Vietnam ! Cette pratique étatique prive les exilés de leurs droits, et empêche les réseaux de solidarités de s’organiser pour contrer ces procédés illégaux et ces menaces d’expulsion.

A nouveau l’État cherche à « vider » Calais en disséminant les personnes arrêtées aux quatre coins de l’hexagone, mais, cette fois-ci, cette mise en rétention s’accompagne systématiquement d’un OQTF pour la plupart des exilés en partance pour l’Angleterre.

Des vols vers le pays d’origine sont systématique réservés pour les exilés soudanais et afghans placés en rétention. Des visites du consul ont été organisées pour les retenus soudanais et afghans, ce qui pour les afghans ne s’est pas vu depuis 2009. Si le consul reconnaît la personne comme ressortissante du pays d’origine et délivre le laissez-passer, l’expulsion pourra avoir lieu. Ainsi, le 17 septembre dernier, un exilé soudanais avait été renvoyé au Soudan avant la réponse de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui avait été saisie pour suspendre l’expulsion, et avait répondu le lendemain, condamnant la France pour cette pratique.

Le Soudan et l’Afghanistan seraient-ils devenus des pays sûrs ? Le président soudanais, Omar Al Bashir a pourtant été arrêté, il y a quelques jours encore en Afrique du Sud, dans le cadre d’un mandat de la Cour Pénale Internationale (CPI) qui le recherche depuis de nombreuses années pour crimes de guerre et génocide… A Kaboul, les morts et les attentats se succèdent, dont un récemment à l’aéroport… Pourtant, la France tente d’expulser les rescapés de l’Europe forteresse dans leurs pays d’origine ! Après les renvois groupés en Albanie, à quand les charters pour le Soudan, l’Afghanistan, l’Érythrée, l’Éthiopie ? Là où le plan Cazeneuve prétend « humanité et fermeté », nous ne voyons que rafles, centres de rétention et tentatives d’expulsion, notamment pour les personnes ne souhaitant pas être forcées de demander la protection de la France mais continuer pour des raisons légitimes leur route vers l’Angleterre. D’ailleurs, comment leur reprocher de ne pas demander l’asile en France lorsque l’on ne propose que l’’inhospitalité et répression comme politique d’accueil ?

Appel à manifester son désaccord au ministre de lintérieur et ses complices :

Elysée : 01 42 92 81 00 / fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Secrétaire général :
jean-pierre.jouyet@elysee.fr
Directrice de cabinet :
sylvie.hubac@elysee.fr

Matignon :
premier-ministre@pm.gouv.fr
manuel.valls@pm.gouv.fr
sebastien.gros@pm.gouv.fr

Ministère de l’Intérieur :
Cabinet du ministre : 01 49 27 49 27 (demander le Cabinet),
Fax : 01 40 07 13 90 (Directeur de Cabinet)
bernard.cazeneuve@interieur.gouv.fr
Directeur de cabinet : Thierry Lataste :
thierry.lataste@interieur.gouv.fr

Directeur adjoint: Thomas Andrieu : thomas.andrieu@interieur.gouv.fr
Conseiller Immigration : Raphael Sodini :
raphael.sodini@interieur.gouv.fr

Chef de cabinet : Gabriel Kunde gabriel.kunde@interieur.gouv.fr et sec.chefcab@interieur.gouv.fr

Directrice de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité à la direction générale des étrangers en France : Muriel Nguyen : muriel.nguyen@interieur.gouv.fr

Directeur général des étrangers en France : Luc Derepas
luc.derepas@interieur.gouv.fr

Préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio: 03.21.21.20.00 / par fax : 03.21.55.30.30 sur le formulaire de la préfecture : http://www.pas-de-calais.gouv.fr/Contactez-nous

Info / contact :

Groupe information rétention Calais

Informationretention@gmail.com »

Non expulsions

Publicités