Étiquettes

, , ,

Au moment où l’extrême-droite a le vent en poupe dans la rue et peut espérer l’avoir dans les urnes aux prochains scrutins, il est logique que ses militants locaux soient à la recherche de leur heure de gloire.

La première manifestation organisée par Sauvons Calais après l’appel à la délation de la maire de Calais, avec 30 à 40 participants, n’est pas un succès, même si deux adjoints au maire viennent serrer la main des participants. La deuxième, avec 40 à 50 participants après deux mois de mobilisation est un franc échec, d’autant que les politiques ont cette fois pris leurs distances.

D’où la tentative de Coulogne, à laquelle l’occupation de la rue et la présence réelle ou supposée de riverains donne le parfum d’une insurrection qui vient enfin.

Dans les faits, il s’agit d’une progression dans la visibilité, des incendies nocturnes des douches où le Secours catholique accueille les exilés, le premier début 2010, le dernier en décembre dernier, aux manifestations de Sauvons Calais, puis au caillassage d’une maison et aux menaces physiques contre leurs occupants et leurs soutiens.

Le blog Lutte en Nord, même si on ne souscrit pas au parallèle fait entre la Milice de Vichy, a fait une recherche internet sur certains meneurs de Sauvons Calais, montrant qu’il s’agit de militants politiques de l’extrême-droite radicale:

http://luttennord.wordpress.com/2014/02/22/sauvons-calais-les-miliciens-sont-dans-la-rue/

Prenant prétexte des migrants, la violence de Sauvons Calais et de ses prédécesseurs s’exerce sur des citoyens de l’Union européenne comme sur des associations calaisiennes. C’est dire que la question nous implique tous.

Publicités