Étiquettes

, , , , ,

La route s’éloigne du village au milieu des champs, puis on bifurque dans un chemin, et c’est là. À la bifurcation, un petit stand tenu par des bénévoles, des exilé-e-s et des exilé-e-s bénévoles. Pour souhaiter la bienvenue et indiquer le chemin.

Le campement de Norrent-Fontes est devenu deux avec l’augmentation de sa population. Les cabanons construits par Médecins du Monde en 2012 sont toujours au bout de chemin. C’est l’espace où habitent les femmes seules, permettant une certaine sécurité. Plus avant, dans le bois, un campement de cabanes, qu’habitent les hommes seuls et les couples.

De part et d’autre de ce dernier, un espace pour la nourriture, la boisson (sans alcool) et la rencontre, et un autre pour la musique et la rencontre. Et des gens très divers venus de toute la région pour exprimer leur solidarité et marquer leur résistance aux politiques de destruction et de rejet auxquelles sont confronté-e-s les exilé-e-s (voir ici et ).

Le campement de Norrent-Fontes est l’objet d’une procédure d’expulsion.

Vous pouvez manifester votre solidarité en étant présent-e-s à l’audience :

Mercredi 14 septembre à 14H, au tribunal de grande instance de Béthune, place Lamartine

https://goo.gl/maps/yQLqjU4UXgs

Et en signant la pétition :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Bertrand_Cocq_maire_de_NorrentFontes_62_Pour_le_maintien_de_camp_dexiles_de_NorrentFontes/

 

nf2nf5Norrent-Fontes, Champs de résistance.