Étiquettes

, , , , ,

La nuit dernière, c’est un adolescent afghan de 17 ans qui est mort heurté par un train aux approches du Tunnel sous la Manche. C’est la dix-neuvième personne dont le décès est connu à cette frontière depuis le début de cette année.

http://www.lavoixdunord.fr/region/coquelles-le-migrant-mort-percute-par-un-train-de-ia33b48581n3106557

Les cheminots CGT interpellent les autorités : leur métier n’est pas de tuer. Leur métier est de transporter des personnes et des marchandises. Et ils se trouvent chaque jour à risquer de heurter un de ces passagers, une de ces passagères bloqué-e-s à la frontière par les politiques migratoires franco-britanniques.

http://www.humanite.fr/eurotunnel-appel-laide-des-conducteurs-de-la-cgt-hantes-par-les-deces-de-migrants-585475

Quand MM. Aribaud et Vignon théorisent dans un rapport rédigé à la demande du ministre de l’intérieur qu’il ne faut pas trop améliorer les conditions de vie des exilé-e-s pour éviter « l’appel d’air », les mots désignent une réalité, des conditions indignes que les exilé-e-s veulent fuir à tout prix.

Lorsque les ministres de l’intérieur français et britanniques, M. Cazeneuve et Mme May, signent des accords et décident d’investir des millions d’euros dans les dispositifs de contrôles de la frontière, ils provoquent concrètement une prise de risque supplémentaire pour quitter la France inhospitalière et passer la frontière – tut comme ils entraînent aussi un recours accru aux passeurs, dont les affaires sont florissantes grâce aux politiques sécuritaires.

Avoir 17 ans, avoir fui la guerre en Afghanistan, pour mourir ici, tué par les politiques migratoires française et britannique.

 

Publicités