Mots-clefs

, , , , , ,

Il y a la Semaine de la Solidarité internationale, la Quinzaine des Réalisateurs, les soldes et la Grande Braderie.

L’union européenne a aussi sa Quinzaine anti-exilé-e-s, sous le nom d’Opérations de Police Conjointes. Les polices des pays de l’Union européenne et des États associés font converger à une date donnée leurs efforts autour d’orientations communes.

Vous pouvez télécharger ici le document de présentation de l’action 2014 (en anglais), qui aura lieu du 13 au 26 octobre :

http://www.statewatch.org/news/2014/sep/eu-council-2014-07-10-11671-mos-maioum-jpo.pdf

et ici une analyse (en anglais) de Statewatch sur les Opérations de Police Conjointes :

http://database.statewatch.org/article.asp?aid=33158

Il est question de contrôles aux frontières et d’activités de surveillance des frontières, d’arrêter des « migrants irréguliers », de mieux connaitre les modes opératoires, de faire des contrôles tout au long des routes de « l’immigration illégale », de collecter et d’analyser des informations, de démanteler des groupes criminels organisés.

À aucun moment il n’est question d’accueil des demandeurs d’asile et réfugiés, ou de respect des droits de l’homme. À lire la parfaite langue technocratique du document de présentation, on oublierait presque qu’il s’agit de traquer des femmes, des hommes et des enfants.

Chaque État décidant de la mise en œuvre de cette action sur son territoire, le document de présentation ne précise pas sous quelle forme cette quinzaine va être mise en place à la frontière franco – britannique.

C’est bientôt, et ça s’ajoute à d’autres motifs d’inquiétude.

 

Publicités