Mots-clefs

, , , ,

Les chiffres imaginaires (voir ici, ici et ) de tentatives de passage dans le périmètre du Tunnel sous la Manche, concernant la nuit de lundi 27 à mardi 28 juillet, puis les nuits suivantes, ont fait le buzz médiatique. Et cette réalité médiatique amène les autorités à afficher qu’elles font quelque chose. On assiste donc à une inflation de déclarations, qui remonte jusqu’au plus haut niveau de l’État.

Mardi 28, communiqué conjoint à l’issue de la rencontre des ministres de l’intérieur français et britannique. Rencontre préparée en amont, qui annonce des décisions déjà prises, ce ne sont pas les journaux du matin qui en conditionnent le contenu. On a plutôt le sentiment de l’inverse, que les chiffres qui vont faire le buzz ont été lancés pour faire passer auprès des médias et des politiques britanniques le chèque de 7 millions de livres du gouvernement britannique à Eurotunnel.

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Crise-migratoire-rencontre-de-Mme-Theresa-May-et-de-M.-Bernard-Cazeneuve

Mercredi 29, intervention du ministre de l’intérieur français devant la presse. Derrière un ton assez solennel, il n’annonce qu’une seule mesure concrète somme toute modeste, l’envoi provisoire de 120 policiers supplémentaires à Calais (il semblerait qu’ils ne resteraient que jusqu’à mercredi prochain, ce qui est raisonnable pour répondre à un événement fictif).

Mais au milieu de la langue de bois qui enveloppe cette vraie-fausse mesure, on trouve aussi des références au rôle que joue le couple franco-britannique dans la détermination des politiques migratoires européennes, notamment dans leurs aspects les plus répressifs, ce qu’on retrouve à titre principal dans le communiqué conjoint de la veille.

http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Interventions-du-ministre/29.07.2015-Intervention-de-Bernard-Cazeneuve-au-sujet-de-la-crise-migratoire-exceptionnelle-en-Europe

Vendredi 31 juillet, un comité d’urgence se réunit côté britannique. Son objectif est intéressant : prendre des mesures par rapport aux perturbations du trafic à Calais entre la France et le Royaume-uni.

https://www.gov.uk/government/news/calais-cobr-meeting-31-july-2015-statement

Or ces perturbations n’ont rien à voir avec les exilées, mais avec un conflit social lié à la disparition possible de la compagnie de ferries My Ferry Link. Conflit social qui est aussi lié à Eurotunnel. La compagnie de ferries Sea France est une filiale de la SNCF. La maison mère abandonne sa filiale qui est mise en liquidation. Les salariés créent une SCOP pour reprendre l’activité et préserver une partie des emplois. Dans le montage complexe qui est fait, Eurotunnel est propriétaire des bateaux. Le groupe a décidé de les mettre à disposition d’une compagnie concurrente. D’où une grève dans le port qui entraîne un report de trafic vers le tunnel et des perturbations.

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/plans-sociaux/seafrance/la-scop-seafrance-qui-exploite-la-compagnie-myferrylink-est-mise-en-liquidation-judiciaire_1023119.html

La réunion du comité d’urgence est suivie d’une intervention du premier ministre britannique, qui annonce des grilles supplémentaires, et des moyens supplémentaires, dont des chiens renifleurs.

http://www.lepoint.fr/monde/calais-david-cameron-deplore-une-situation-inacceptable-31-07-2015-1953876_24.php

Une infographie de la BBC permet de visualiser les nouvelles clôtures déjà prévues auparavant et celles qui doivent s’y ajouter :

https://www.flickr.com/photos/number10gov/19987129170/

La journée du 31 juillet se termine par un entretien téléphonique entre le premier ministre britannique et le président français. Un événement fictif concernant trois mille personnes bloquées à la frontière de deux États de 60 millions d’habitants remonte au sommet des deux États.

https://www.gov.uk/government/news/pm-call-with-president-hollande-on-calais-statement

 

Chiens renifleurs31 juillet 2015, le premier ministre britannique, David Cameron, annonce l’envoi à Calais de renforts de chiens renifleurs.

 

Publicités