Étiquettes

, , , , ,

L’envoi d’exilé-e-s arrêté-e-s à Calais dans des centres de rétention partout en France, d’abord par groupes de 5, puis par cinquante, aujourd’hui par groupes de dix à trente personnes, a démultiplié les témoignages de la réalité calaisienne. Les exilé-e-s parlent, aux personnes qui les accompagnent juridiquement en rétention, à celles qui les soutiennent, à celles qu’elles croisent en rétention comme sur leur parcours. Ils et elles parlent des conditions de vie à Calais, de l’accueil (ou du non-accueil) en France, de la situation des demandeur-se-s d’asile, de leur choix d’aller au Royaume-uni. De leurs conditions d’arrestation aussi, et de leur incompréhension de pourquoi on les enferme, on les met dans ce qui apparaît comme une prison.

Après la Cimade

http://www.lacimade.org/temoignages/5534-Les-cinq-qui-viennent-de-loin

ce sont les intervenant-e-s de l’ASSFAM au centre de rétention de Vincennes qui publient une série de témoignages très éclairants sur ces personnes venues de Calais.

Vous pouvez télécharger le bulletin de l’ASSFAM au CRA de Vincennes ici.

cra octobre2012 001Le centre de rétention de Coquelles, à côté de Calais, vu par l’arrière.