Mots-clefs

, , ,

Il y a eu à Calais une manifestante arrêtée le 27 juillet lors d’un rassemblement en hommage aux exilé-e-s mort-e-s à la frontière, interdit au nom de l’état d’urgence. Elle est poursuivie, l’audience, prévue le 16 octobre, a été reportée au 29 novembre.

Le 6 août à Paris était organisée contre les violences policières devenues quotidiennes contre les exilé-e-s. Le rassemblement était autorisé, mais deux personnes qui accompagnaient un groupe d’exilé-e-s qui s’y rendaient ont été arrêtées et accusées de participer à une manifestation illicite. Leur procès aura lieu demain mercredi au tribunal de grande instance de Paris.

Un rassemblement de soutien est organisé place du Châtelet de 9h à 14h.

Une pétition circule également :

https://www.change.org/p/procureur-de-la-r%C3%A9publique-du-tgi-de-paris-non-au-d%C3%A9lit-de-solidarit%C3%A9-relaxe-pour-aub%C3%A9pine-et-houssam

Le 26 octobre, Gaspar Gianz, journaliste du site Taranis News est arrêté à Calais alors qu’il couvre la destruction du bidonville. Il a fait trois demandes d’accréditation, auxquelles la préfecture n’a pas répondu, mais elle lui a envoyé les invitations aux points presse. La présence sans accréditation est interdite dans le périmètre des opérations au nom de l’état d’urgence. D’autres chefs d’inculpations viennent ensuite se relayer pendant sa garde-à-vue de 33 heures. Assigné à résidence à Strasbourg et interdit de séjour dans le Pas-de-Calais, il est de fait dans l’incapacité d’exercer son métier.

Il ne s’agit pas là à proprement parler de délit de solidarité, mais d’atteinte à la liberté de la presse.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/10/29/un-journaliste-poursuivi-et-interdit-de-sejour-dans-la-jungle-de-calais_5022342_1653578.html

Ceci dans la droite ligne de la politique du ministre de la justice, et de la circulaire du 20 septembre « relative à la lutte contre les infractions commises à l’occasion des manifestations et autres mouvements collectifs » qu’il a adressée aux procureurs et pour information aux juridictions pénales, qui présente les différents outils à disposition pour réprimer la contestation de la politique gouvernementale, dont l’utilisation de l’état d’urgence.

 

bastilleVue de Paris – la Bastille.

Publicités