Étiquettes

, , , , ,

Une jeune érythréenne est morte cette nuit sur la rocade conduisant au port, renversée par un camion qui ne s’est pas arrêté.

http://www.ouest-france.fr/monde/migrants/calais-mort-dune-migrante-erythreenne-sur-la-rocade-portuaire-4362736

L’Agence France Presse en se basant comme souvent sur le seul communiqué de la préfecture répercute vers l’ensemble des médias que les CRS ont dû gazer les exilé-e-s présent-e-s qui les « prenaient à partie ». On peut simplement penser que les exilé-e-s étaient en colère de la mort de leur camarade, et que les policiers plutôt que de prendre le temps d’apaiser la situation on trouvé plus simple de gazer tout le monde. Ces dépêches basées sur une seule source gouvernementale, qui dépeignent de manière récurrente les « migrants » comme des sauvages agressifs pose un vrai problème de pluralisme et d’indépendance de l’information.

Il s’agit du huitième décès connu à la frontière britannique depuis le début de l’année. Le 10 février, le corps d’un exilé afghan disparu depuis plusieurs jours a été retrouvé dans le port. Le 2 mars, un exilé soudanais a été retrouvé mort dans sa tente dans le bidonville. Le 31 mars, un exilé afghan est mort sur l’autoroute, renversé par un camion qui ne s’est pas arrêté. Le 1er avril, des bénévoles britanniques ont annoncé la mort d’un exilé qui vivait dans le campement de Grande-Synthe. Il avait réussi à passer la frontière sur les essieux d’un camion, qui a eu un accident au Royaume-uni. Le 9 mai, un exilé pakistanais est mort sur la rocade d’accès au port, renversé par une voiture. Le 29 mai, un exilé afghan est mort sur l’autoroute A 16, renversé par un camion. Le 4 juillet, un exilé est mort sur la rocade.

La multiplication des expulsions de campements et la pression exercée sur le bidonville de Calais ne sont pas étrangères à l’augmentation de la prise de risque.

 

Publicités