Étiquettes

, , , ,

A l’automne dernier, la préfète du Pas-de-Calais reconnaissait six mille personnes vivant dans le bidonville – il y en avait sans doute plus dans la réalité. Il y en actuellement plus de sept mille vivant sur une surface réduite au fil des destructions successives par les autorités (voir ici et ). Ces mêmes autorités interdisent aussi l’apport sur le site de matériaux pour construire des cabanes, empêchant ainsi la reconstruction d’une partie du bidonville détruite par un incendie. Toute une partie des habitant-e-s, notamment les personnes nouvelles venues, se trouvent donc dans des conditions beaucoup plus précaires, sous tente.

Dans le même temps, les destructions de campements se multiplient (Chocques, Steenvoorde, Dieppe et Cherbourg, menaces d’expulsion sur celui de Norrent-Fontes), et le bidonville de Calais est lui-même menacé. Les opérations policières visant les commerces et les magasins rendent cette menace concrète (voir ici, ici, ici et ). La tension est donc forte. Elle se traduit par une prise de risque plus importante lors des tentatives de passage, et par des bagarres. Avec des morts pour conséquence.

Plusieurs bagarres ont éclaté la nuit dernière dans le bidonville. Un homme est mort.

http://www.lavoixdunord.fr/region/calais-un-migrant-ethiopien-meurt-poignarde-apres-une-ia33b48581n3651287

A l’appel des associations de soutien aux exilé-e-s, un rassemblement aura lieu demain mercredi à 18h30 devant le parc Richelieu.

Il s’agit du dixième décès connu à la frontière britannique depuis le début de l’année. Le 10 février, le corps d’un exilé afghan disparu depuis plusieurs jours a été retrouvé dans le port. Le 2 mars, un exilé soudanais a été retrouvé mort dans sa tente dans le bidonville. Le 31 mars, un exilé afghan est mort sur l’autoroute, renversé par un camion qui ne s’est pas arrêté. Le 1er avril, des bénévoles britanniques ont annoncé la mort d’un exilé qui vivait dans le campement de Grande-Synthe. Il avait réussi à passer la frontière sur les essieux d’un camion, qui a eu un accident au Royaume-uni. Le 9 mai, un exilé pakistanais est mort sur la rocade d’accès au port, renversé par une voiture. Le 29 mai, un exilé afghan est mort sur l’autoroute A 16, renversé par un camion. Le 4 juillet, un exilé est mort sur la rocade. Dans la nuit du 11 au 12 juillet, Samrawit est morte renversée par un camion qui ne s’est pas arrêté, sur la rocade, alors qu’elle était bloquée à Calais suite à l’expulsion le matin même du campement de Steenvoorde (voir ici et ). Le 21 juillet, le corps d’un exilé a été retrouvé au bord de l’autoroute.

 

Publicités