Mots-clefs

, , , ,

À la suite de l’expulsion de deux campements d’exilés syriens en centre-ville, une partie du bidonville d’État a été rasée au bulldozer. Il s’agissait des tentes situées sous le pont de l’autoroute et au bout de la rue des Garennes https://goo.gl/maps/menU4RBxCw82 . Une centaine d’hommes, de femmes et d’enfants s’étaient installé-e-s là, parmi les derniier-ère-s arrivé-e-s à Calais. Entre cent cinquante et deux cents personnes se retrouvent donc sans abris dans le bidonville.

La police ayant bloqué l’accès au bidonville, une partie des Syriens qui y étaient chassés ont été bloqués à l’extérieur.

Une militante a été arrêtée lors de l’évacuation du campement du hangar Paul Devot, ainsi que deux Syriens lorsqu’ils ont bloqué le pont Vétillard, à l’angle du port https://goo.gl/maps/5xF8WY9dLCP2 . Un Syrien a également été emmené à l’hôpital après avoir été tabassé par la police.

 

Publicités