Mots-clefs

, , , , , , ,

According with ts importance, bellow the entire Human Rights Watch report about Calais and police violence.

En raison de son importance, le rapport intégral de Human Rights Watch sur Calais et les violences policières, en-dessous de la version anglaise.

 

« HRW january 20, 2015

France: Migrants, Asylum Seekers Abused and Destitute

Asylum seekers and migrants living in destitution in the port city of Calais experience harassment and abuse at the hands of French police, Human Rights Watch said today. The abuses described to Human Rights Watch include beatings and attacks with pepper spray as the migrants and asylum seekers walked in the street or hid in trucks in the hope of traveling to the United Kingdom.

Several thousand asylum seekers and migrants, most from Sudan, Eritrea, and Ethiopia, are living in makeshift camps or in the streets in Calais. Some said that their treatment by police, a lack of housing for asylum seekers, and delays in the French asylum system had deterred them from seeking asylum in France.

“Asylum seekers and migrants shouldn’t have to face police violence in France, and no one who applies for asylum should be left to live in the street,” said Izza Leghtas, Western Europe researcher at Human Rights Watch. “Providing adequate reception conditions and humane treatment for asylum seekers isn’t only a matter of meeting legal obligations, it is also the right thing to do to help end the limbo for many asylum seekers in Calais.”

In November and December 2014, Human Rights Watch spoke with 44 asylum seekers and migrants in Calais, including 3 children. Most interviews were conducted in groups. The migrants and asylum seekers described what appear to be routine abuses by police officers when they tried to hide in trucks or as they walked in the town.

Nineteen, including two of the children, said police had abused them at least once, including beatings. Eight had visible broken limbs or other injuries, which they alleged were caused by police in Calais and surrounding areas. Twenty one, including two children, said police had sprayed them with pepper spray.

In November, the outgoing local police chief, speaking to reporters, denied allegations of abuse. In a meeting with Human Rights Watch on December 16, officials in the interior minister’s office said they were unaware of reports of police violence against migrants and asylum seekers in Calais but would investigate if allegations were based on “precise facts.” On January 14, the prefect of the Pas-de-Calais department denied any unjustified use of force by police against migrants in Calais.

France faces a crisis of inadequate accommodation for asylum seekers. Currently only a third of those who seek asylum across France are provided with accommodation in reception centers for asylum seekers. As of December 2013, 15,000 asylum seekers were on a waiting list for a place in a reception center and fewer than a third of asylum seekers entitled to accommodation were housed in such centers. The average waiting period was 12 months. A bill before parliament aims to speed up asylum procedures and increase available accommodation in reception centers for asylum seekers across the country.

While there have been asylum seekers and migrants in Calais for over a decade, due to its proximity to the UK by rail and sea, the numbers have sharply risen since the spring of 2014. On January 14, Denis Robin, the prefect of the Pas-de-Calais department, told Human Rights Watch there were about 2,300 asylum seekers and migrants in the Calais area. As of mid-December, local nongovernmental organizations estimated that 200 women and young children were living in camps and that 50 women and young children were in a center run by a local organization.

Most migrants and asylum seekers in Calais have no shelter from the cold and the rain, no access to sanitation, and very limited access to running water. Many depend on food provided by local organizations and volunteers.

The response of the French government to the poor living conditions in Calais has been inadequate and slow, though. The interior minister announced in November that a day center would be made available to provide showers, meals, and legal assistance for 1,500 asylum seekers and migrants by January. But as of January 15, only limited facilities were available on the site until April. Overnight accommodation will not be available until March and will be limited to 100 women and young children.

The government is funding an organization to run a warehouse in Calais in which migrants can sleep for the night, which must open when the temperature is minus 5 degrees Celsius (23 degrees Fahrenheit) or less. The authorities have discretion to keep the shelter open even when the temperature is above minus 5 degrees Celsius. The warehouse opened on December 26 and closed on January 2, and reopened on January 14 because of high winds in the region. On January 5, the organization that runs the warehouse informed Human Rights Watch that it had a maximum capacity of 500 places, one third of the 1,500 places promised by the government. Denis Robin told Human Rights Watch that if necessary the capacity could be increased to the 1,500 places promised by the government, but renovation works would be necessary. A similar facility was available in previous years, but with a capacity limited to 120 places.

French government officials informed Human Rights Watch in December and January that steps had been taken to register and process asylum claims promptly. They said that asylum applications had significantly increased in 2014, that 422 places in reception centers had been offered to asylum applicants from Calais, and that 500 additional places had been made available in reception centers outside Calais to accommodate those who claim asylum in Calais, although it is unclear how those places will be allocated and when they will all become available.

While these steps are an improvement, the situation remains dire for many migrants and asylum seekers and the new facilities are very basic. The French government needs to intensify its efforts to ensure that all asylum seekers—including those covered by the Dublin Regulation—are provided with accommodation without delay as EU law requires, Human Rights Watch said. The government should consider making the emergency shelter available independently of the temperature, and ensure there are sufficient places for all undocumented migrants who are sleeping in the open.

The French government should also immediately investigate reports of police abuse against asylum seekers and migrants in Calais and hold anyone found responsible for abuse to account. The government should issue clear guidance to police officers clarifying the prohibition of unjustified and disproportionate use of force, including pepper spray.

“The French government should put a stop to any police abuse and honor its commitment to promptly provide housing to asylum seekers,” Leghtas said. “A lasting solution to the crisis in Calais is long overdue.”

Migrants and Asylum Seekers in Calais

Asylum seekers and migrants have been living in makeshift camps and on the street in the Calais area since the French government closed a center run by the Red Cross in Sangatte, near Calais, in 2002. The center had a capacity of 700 people, but accommodated up to 2,000 and was labeled by the French and UK governments as a pull factor for undocumented migrants seeking to enter the UK.

Hundreds were evicted by the authorities in September 2009. The number of asylum seekers and migrants then decreased to about 200, but in the summer of 2014, numbers increased again, with people fleeing from conflict and repression in Sudan, Syria, Eritrea, and Ethiopia. Hundreds were evicted from makeshift camps in Calais in May and July 2014, in most cases without any adequate alternative accommodation being provided.

Most asylum seekers and migrants Human Rights Watch interviewed said they had arrived in Europe through Italy, but that they did not stay there due to poor reception conditions.

The EU’s Dublin Regulation allows EU countries to send asylum seekers back to the first EU country they entered, where they are identified by their fingerprints in an EU-wide database. Many asylum seekers in Calais told Human Rights Watch they avoided providing their fingerprints in Italy or France.

An asylum seeker’s preference for seeking protection in one country over another has no bearing on the validity of their asylum claim.

Reports of Police Abuse

Rosa, 25, who said she was from Eritrea, told Human Rights Watch that on November 14, police officers beat her up when they found her in a truck on the highway. As with others interviewed, she is identified only by her first name, for her protection. The first names of some interviewees were changed at their request.

“The police checked the truck and found me,” she said. “I said, ‘Please help me,’ but they beat me and I collapsed outside the truck. They kicked me on the ground.” Rosa said she lost consciousness and woke up in the hospital’s emergency room. When Human Rights Watch interviewed her on November 25 in a Calais hospital where she had had an operation on her right leg, she said she expected to spend six more weeks in the hospital. Human Rights Watch was unable to verify the cause of her injury.

Salamou, 28, from Eritrea, said that three police officers beat him near a gas station on the evening of November 25.

“I was walking, normal,” he said. “Four policemen got out of their van and beat me with their boots and with a baton. After they beat me a policeman put a torch on me and laughed at me. ‘Just help me,’ I said, but he laughed. They kicked me on the ground, just like a dog.” When Human Rights Watch interviewed Salamou, the day after he said he was beaten by police, he had visible injuries on his nose.

“There are good police and bad police,” said Ahmed Ibrahim, a 17-year-old asylum seeker from Sudan living in a makeshift camp in Calais. He told Human Rights Watch that two policemen had kicked him as he emerged from an empty car, where he and three men were sitting for shelter from the rain. “I wanted to claim asylum here but with this violence, I’d rather they send me back to Sudan. I won’t stay in France. They [the police] hit you, people throw eggs at you. I got a bad image of France.”

Mohammad, 32, from Sudan, said he was walking in the street at midday on November 2 when a police officer beat him on the back with a baton. “I ran and I fell into a hole,” he said. “The police called an ambulance. I spent 20 days in the hospital, my arm was broken in three places.” He had a cast on his arm at the time of the interview.

On December 3, “Aziz,” a 29-year-old from Afghanistan, said police officers had beaten him three days earlier.

“I was in the street using Wi-Fi on my phone at about 11 p.m.,” he said. “When they [police officers] came, I started to run, they pushed me down to the ground… One policeman pushed me, I was down on the ground, they sprayed me [with pepper spray] and when I looked back they beat me. There was blood from my face, under my eye and nose and knee. I didn’t see anything because they first sprayed me then they beat me on my legs, all over my body.” A Human Rights Watch researcher saw traces of injuries on Aziz’s face, and holes in his pants’ knees, which he said were from being pushed and beaten on the ground.

Aziz said police officers had also beaten him 20 days earlier when they found him hiding in a truck on the highway. “They beat me with their hands, punched me on my face, my nose was bleeding. [They beat me] with a stick on my body, then they took me out from the lorry and said ‘Go! Go to the jungle!’” The jungle is a reference to the largest of the makeshift camps where the asylum seekers take shelter.

On November 26, Kader, a 24-year-old from Ethiopia, told Human Rights Watch in the emergency waiting room at a Calais hospital: “I was on the road, on my bike, yesterday at 5 p.m. A white police van with a blue line [which corresponds to the description of a van belonging to the French riot police] stopped. Five policemen got out, one of them pushed me on the shoulder and I fell on my right arm. He kicked me, then sprayed my face.” When a Human Rights Watch researcher met Kader a week later, his arm was in a resin cast and in a sling, fashioned from a scarf.

The French authorities claim that pepper spray is only used to deter large groups from climbing onto trucks. But migrants said it was used in other situations as well. Mohammad, 26, from Sudan, said: “They [the police] spray you like you’re an insect. It’s happened to all of us in the street.”

Souhail, 20, from Iran, said: “Three times police sprayed me when I was in the truck. I was alone. The three times were about a month ago. Police officers opened the door and before saying anything they sprayed my face, I couldn’t see anything and twice they punched me with their boots and hands.”

Lina, 25, from Eritrea, said she had fallen off the steep edge of the highway near the largest camp in Calais when police officers sprayed her face as she tried to get into a truck with a group. “We wanted to go in [the truck], the police came, they said ‘Go! Go!’ and sprayed in my eyes, I fell down,” she said.

In a media interview on November 30, Thierry Alonso, the outgoing director of public safety for the Pas-de-Calais department and chief of police in the Calais area, denied any abuse by law enforcement officials against migrants. He claimed that “whatever the accusations against the police and gendarmes” working under his authority, “everything that can be said is unfounded. There have been no injured and there has been no violence against the migrants.”

In a meeting with Human Rights Watch on December 16, the interior minister’s adviser on policing said that “No police violence is tolerated” and that, while he was not aware of reports of police abuse against migrants and asylum seekers in Calais, any allegations based on precise facts would be investigated.

On January 14, Denis Robin, the prefect of the Pas-de-Calais department, told Human Rights Watch that while there were injured migrants in Calais, their injuries were sustained during attempts to cross over to the UK or inflicted by other migrants. He denied that any were due to excessive and unjustified use of force by police.

Excessive and unjustified use of force by police is prohibited under French criminal law, and a violation of the European Convention on Human Rights (ECHR) and the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR), both of which France is a party to. Under the United Nations (UN) Basic Principles on the Use of Force and Firearms by Law Enforcement Officials, law enforcement officials, in carrying out their duty, may use force “only if other means remain ineffective or without any promise of achieving the intended result.” If the lawful use of force is unavoidable, law enforcement officials must exercise restraint and not use any more force than is proportionate to achieve a legitimate objective such as protecting personal safety.

Inadequate Living Conditions

Lack of Shelter, Water, and Sanitation

In November and December, Human Rights Watch visited four makeshift camps in Calais and a group of asylum seekers living in the street. Hundreds of people, including women and very young children, were sleeping in tents, on mattresses outside, with little or no shelter from the cold. During Human Rights Watch’s visit, temperatures were as low as 1 degree Celsius [34 degree Fahrenheit] during the day.

None of the camps have sanitation and access to water is limited. People collect water from the nearest water source. One camp has a water source, but people in the other places had to walk between 300 meters and 2 kilometers to find water.

Local groups estimate that 800 to 900 people live in the largest camp, consisting of two sites near each other referred to locally as “the jungle.” One is on the site of a chemical plant and includes an indoor sports hall where more than 100 people sleep in tents or on the floor. The other site is in a wood nearby. Local groups estimate that 200 women and children, including small children, live in those two camps.

Until a day center partially opened on January 15, local charities provided one daily meal to around 700 asylum seekers and migrants in the city center. For many, it is their only meal of the day and they have to walk there and then wait in line in the cold to receive the food. The new center is 9 kilometers (5.5 miles) away from one of the large makeshift camps in Calais. The mayor of Calais has banned the distribution of meals in places other than the new center, though one of the charities said they would provide meals to people living in that camp twice per week.

The most common concerns cited by people living in the camps were the cold and the lack of access to sanitation. The humanitarian organization Médecins du Monde (Doctors of the World) provides showers once a week in two camps and to women and children living in the largest camp, with a capacity of 20 to 25 showers per visit.

Zeinab, a 23-year-old woman from Ethiopia living with her husband in the largest camp, told Human Rights Watch that she washes outside with a plastic sheet around her. “More than food, not having a bathroom is a bigger problem,” she said.

Isabelle Bruand, coordinator for Médecins du Monde in the Nord-Pas-de-Calais region, described the living conditions for asylum seekers and migrants in Calais as “unacceptable and catastrophic.” Bruand listed skin problems such as scabies, stomach aches and headaches due to insufficient food, breathing problems due to humidity, back problems and toothaches as direct or indirect consequences of these living conditions.

Unwillingness to Apply for Asylum in France

The majority of those Human Rights Watch interviewed said they wanted to apply for asylum, but many said they did not do so in France because of a lack of accommodation for asylum seekers, as well as police abuse and hostility from some sections of the local population. Some also mentioned the length of the asylum procedure as a deterrent.

The ordinary asylum application procedure in France takes over two years. The bill before parliament aims to reduce this period to nine months.

Abdallah, 21, from Sudan, told Human Rights Watch on December 3 that he had been living in the largest makeshift camp in Calais for four months.

“I have friends who gave their fingerprints four months ago and they’re living with us in the ‘jungle.’ So I’d rather try and go to the UK,” he said. “Life is very, very hard. There are problems with everything: the bathroom, one meal a day is provided by [the local charity] Salam, sometimes we get help from people here and we’re thankful but it’s not what we expected.”

“People who gave their fingerprints [in France] are staying here with us,” said Nasr-Eddin, a 30 year-old from Sudan living in a camp in Calais. “I would apply for asylum but the problem is accommodation, the cold, food.”

“Ashraf,” a 25 year old asylum seeker from Sudan also living in a camp, said: “We don’t have a place to wash, to pray. France is good but it [the asylum process] takes time. Where do you sleep, eat? I would apply for asylum in France but there’s no place to stay.”

Mohammad Moussa, a 27-year-old asylum seeker from Sudan living in a camp in Calais, said: “People know life in the UK is hard and expensive. France is much better. But here you’re under the rain, in the cold, you get sick. In the UK, I’ll get accommodation and the asylum process will be quicker.”

Salamou, the Eritrean man beaten by police, said he had planned to apply for asylum in France, but that after he was beaten by police he changed his mind and was trying to go to the UK.

Inadequate Response from the French Government

In November, Interior Minister Bernard Cazeneuve made an announcement about the opening of a day center—where meals will be provided outside—for 1,500 asylum seekers and migrants in Calais, saying it would open in January. But only limited facilities—food, water, toilets, and mobile phone charging—were available on the site as of January 15. The complete site with 60 showers and access to legal assistance will not open until April. The site will include separate shelters, with 20 showers, to accommodate 100 women and young children full time, although this facility will not open until March 20. According to the Prefect and to an advisor at the Ministry of Housing this facility could potentially be expanded to accommodate more vulnerable persons if needed. Men will continue to be without shelter during the night.

Under article 13 of the European Union directive of January 27, 2003, laying down minimum standards for the reception of asylum seekers (the reception directive), EU member states must provide “material reception conditions to ensure a standard of living adequate for the health of applicants and capable of ensuring their subsistence.”

Under French law, asylum seekers are entitled to accommodation in a state reception center (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile, CADA), where they also receive social and administrative support while their asylum claim is processed.

Parliament in November approved 500 more places in reception centers in various parts of France to accommodate asylum seekers from Calais.

On December 3, the prefect—government representative—in the Nord-Pas-de-Calais region announced that a warehouse would be made available for up to 1,500 migrants in Calais on nights when the temperature is minus 5 degrees Celsius (23 degrees Fahrenheit) or less. The warehouse opened on December 26 but it was closed on January 2 when the temperature rose. It reopened on January 14 because of high winds in the Calais region. The organization which runs the warehouse told Human Rights Watch on January 5 that it has a maximum capacity of 500 places.

The French government should comply with its obligations under the EU reception directive and immediately provide accommodation to all asylum applicants while their claims are processed, including those who indicate an intention to seek asylum. The government should also work with humanitarian and nongovernmental groups to help arrange emergency accommodation for any undocumented migrant without shelter in Calais, particularly during the winter months.
http://www.hrw.org/news/2015/01/20/france-migrants-asylum-seekers-abused-and-destitute »

 

« Human Rights Watch, 20 janvier 2015

France : Les migrants et les demandeurs d’asile victimes de violence et démunis

Les demandeurs d’asile et migrants vivant dans le dénuement dans la ville portuaire de Calais sont victimes de harcèlement et d’exactions de la part de la police française, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les abus décrits à Human Rights Watch comprennent des passages à tabac et des attaques au gaz lacrymogène alors que les migrants et demandeurs d’asile marchaient dans la rue ou se cachaient dans des camions dans l’espoir de se rendre au Royaume-Uni.
Plusieurs milliers de demandeurs d’asile et migrants, la plupart en provenance du Soudan, d’Érythrée et d’Éthiopie, vivent dans des camps de fortune ou dans les rues de Calais. Certains ont affirmé que leur traitement par la police, le manque de logements pour les demandeurs d’asile et les retards dans le traitement des demandes d’asile les avait dissuadés de demander l’asile enFrance.

« Les demandeurs d’asile et les migrants ne devraient pas être victimes de violences policières en France et aucun demandeur d’asile ne devrait être condamné à vivre dans la rue », a déclaréIzza Leghtas, chercheuse de la division Europe de l’Ouest à Human Rights Watch. « Offrir des conditions d’accueil adéquates et un traitement humain aux demandeurs d’asile n’est pas seulement une question de respect des obligations légales, c’est également ce qu’il y a lieu de faire pour mettre fin à la situation dans laquelle se trouvent de nombreux demandeurs d’asile à Calais. »

En novembre et décembre 2014, Human Rights Watch s’est entretenu avec 44 demandeurs d’asile et migrants à Calais, dont trois enfants. La plupart des entretiens ont été menés en groupes. Les migrants et les demandeurs d’asile ont décrit ce qui semble être des exactions de routine par des policiers alors qu’ils tentaient de se cacher dans des camions ou alors qu’ils marchaient dans la ville.

Dix-neuf personnes, dont deux des enfants, ont déclaré que la police les avait maltraitées au moins une fois, notamment par le biais de passages à tabac. Huit ont eu des membres fracturés ou d’autres blessures visibles, qui, selon leurs dires, ont été causées par la police à Calais et dans les environs. Vingt et un, dont deux enfants, ont confié que la police les avait aspergés de gaz lacrymogène.

En novembre 2014, le directeur départemental de la sécurité publique, s’adressant aux journalistes, a nié les allégations de mauvais traitements. Dans une réunion avec Human Rights Watch le 16 décembre 2014, des conseillers membres du cabinet du ministre de l’Intérieur ont assuré qu’ils n’étaient pas au courant de cas de violences policières contre les migrants et demandeurs d’asile à Calais, mais qu’ils mèneraient des enquêtes si les allégations étaient fondées sur des « faits précis ». Le 14 janvier 2015, le préfet du département du Pas-de-Calais a nié tout usage injustifié de la force par la police à l’encontre des migrants à Calais.

La France est confrontée à une crise de l’hébergement pour les demandeurs d’asile. Actuellement, seulement un tiers des personnes qui demandent l’asile en France sont logées dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). En décembre 2013, 15 000 demandeurs d’asile étaient sur une liste d’attente pour obtenir une place dans un centre d’accueil. Le temps d’attente était de 12 mois en moyenne. Un projet de loi devant le Parlement vise à accélérer les procédures d’asile et à augmenter les hébergements disponibles dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile dans tout le pays.

Bien qu’il y ait eu des demandeurs d’asile et des migrants à Calais depuis plus d’une décennie, en raison de sa proximité avec le Royaume-Uni par train et par bateau, leur nombre a fortement augmenté depuis le printemps 2014. Le 14 janvier 2015, Denis Robin, préfet du Pas-de-Calais a déclaré à Human Rights Watch qu’il y avait environ 2 300 demandeurs d’asile et migrants dans la région de Calais. À la mi-décembre 2014, des organisations non gouvernementales locales ont estimé que 200 femmes et jeunes enfants vivaient dans des campements et que 50 femmes et jeunes enfants se trouvaient dans un centre géré par une organisation locale.

La plupart des migrants et des demandeurs d’asile à Calais n’ont pas d’abri contre le froid et la pluie, pas d’accès à des installations sanitaires et un accès très limité à l’eau courante. Un grand nombre d’entre eux dépendent de la nourriture fournie par des organisations de solidarité et des bénévoles locaux.

Pourtant, la réponse du gouvernement français aux mauvaises conditions de vie à Calais a été insuffisante et lente. Le ministre de l’Intérieur avait annoncé en novembre qu’un centre d’accueil de jour serait mis à disposition pour fournir des douches, des repas ainsi qu’une assistance juridique à 1 500 demandeurs d’asile et migrants à partir de janvier 2015. Mais le 15 janvier 2015, seuls des services limités étaient disponibles sur le site jusqu’en avril 2015. D’après l’ association Vie Active qui gère le centre, l’hébergement de nuit ne serait disponible qu’en mars 2015 et ne concernera que 100 femmes et jeunes enfants.

Le gouvernement finance une autre association, Solid’R, pour gérer un hangar à Calais dans lequel des migrants peuvent dormir la nuit, dont l’ouverture est obligatoire lorsque la température ressentie est de moins cinq degrés Celsius ou inférieure. Les autorités ont la latitude de le laisser ouvert même lorsque la température est au-dessus des moins cinq degrés ressentis. Ce hangar a ouvert le 26 décembre 2014 et a été fermé le 2 janvier 2015, puis a ouvert à nouveau le 14 janvier 2015 du fait de vents violents dans la région. Le 5 janvier 2015, l’association qui gère ce hangar a informé Human Rights Watch que sa capacité maximale était de 500 places, soit un tiers des 1 500 places promises par le gouvernement. M. Denis Robin a informé Human Rights Watch que, si nécessaire, la capacité du hangar pourrait être augmentée pour atteindre les1 500 places promises par le gouvernement, mais que des travaux de rénovation seraient nécessaires. Une installation similaire était disponible les années précédentes, mais avec une capacité limitée à 120 places.

Des officiels ont informé Human Rights Watch en décembre 2014 et janvier 2015 que des mesures avaient été prises pour inscrire et traiter les demandes d’asile rapidement. Ils ont déclaré que le nombre de demandes d’asile avait fortement augmenté en 2014. Ils ont également affirmé que 422 places dans des centres d’accueil avaient été proposées a des demandeurs d’asiles venant de Calais, et que 500 places additionnelles allaient été mises à disposition dans des centres d’accueil en dehors de Calais pour accueillir les personnes qui demandent l’asile à Calais, bien que l’on ignore comment ces places seront attribuées et quand elles seront toutes disponibles.

Bien que ces mesures constituent une amélioration, la situation demeure éprouvante pour de nombreux migrants et demandeurs d’asile et les nouvelles installations sont rudimentaires. Le gouvernement français doit intensifier ses efforts pour faire en sorte que tous les demandeurs d’asile – y compris ceux qui sont couverts par le Règlement Dublin – soient logés sans délai comme l’exige la législation européenne, selon Human Rights Watch. Le gouvernement devrait envisager de rendre l’abri d’urgence disponible indépendamment de la température ressentie et s’assurer qu’il y ait suffisamment de places pour tous les migrants sans papiers qui dorment dehors.

Le gouvernement français devrait également enquêter immédiatement sur les témoignages de violence policière à l’encontre des demandeurs d’asile et des migrants à Calais et garantir que toute personne reconnue responsable de tels actes soit amenée à rendre des comptes. Le gouvernement devrait fournir des directives claires aux policiers spécifiant l’interdiction de l’utilisation injustifiée et disproportionnée de la force, notamment des gaz lacrymogènes.

« Le gouvernement français devrait mettre un terme à toute violence policière et honorer son engagement à fournir rapidement un logement aux demandeurs d’asile », a conclu Izza Leghtas. « Une solution durable à la crise à Calais est attendue depuis longtemps. »

Migrants et demandeurs d’asile à Calais

Les demandeurs d’asile et les migrants ont vécu dans des camps de fortune et dans la rue dans la région de Calais depuis que le gouvernement français a fermé un centre géré par la Croix-Rouge à Sangatte, près de Calais, en 2002. Le centre avait la capacité d’accueillir 700 personnes, mais en accueillait jusqu’à 2 000. Il a été considéré par les gouvernements français et britannique comme un facteur d’attraction pour les migrants sans papiers cherchant à entrer au Royaume-Uni.

Des centaines de personnes ont été expulsées par les autorités en septembre 2009. Le nombre de demandeurs d’asile et de migrants a ensuite diminué jusqu’à environ 200, mais à l’été 2014, les chiffres ont de nouveau augmenté, avec des personnes fuyant les conflits et la répression au Soudan, en Syrie, en Érythrée et en Éthiopie. Des centaines de personnes ont été expulsées de camps de fortune à Calais en mai et juillet 2014, dans la majorité des cas sans qu’aucune alternative d’hébergement adéquate ne soit proposée.

La plupart des demandeurs d’asile et migrants que Human Rights Watch a interrogés ont déclaré qu’ils étaient arrivés en Europe par l’Italie, mais qu’ils n’y étaient pas restés en raison des mauvaises conditions d’accueil.

La réglementation de Dublin de l’UE permet aux pays européens de renvoyer les demandeurs d’asile vers le premier pays de l’UE dans lequel ils sont entrés, où ils sont identifiés par leurs empreintes digitales dans une base de données à l’échelle européenne. Un grand nombre de demandeurs d’asile à Calais ont confié à Human Rights Watch qu’ils évitaient de fournir leurs empreintes digitales en Italie ou en France.

La préférence par un demandeur d’asile d’obtenir une protection dans un pays plutôt qu’un autre n’a aucune incidence sur la validité de sa demande d’asile.

Rapports de violences policières

Rosa, 25 ans, qui a indiqué qu’elle était ressortissante d’Érythrée, a déclaré à Human Rights Watch que le 14 novembre 2014, des policiers l’ont battue quand ils l’ont trouvée dans un camion sur l’autoroute. Comme pour les autres personnes interrogées, elle est identifiée seulement par son prénom, pour sa protection. Les prénoms de certaines personnes interrogées ont été modifiés à leur demande.

« La police a examiné le camion et m’a trouvée », a-t-elle confié. « J’ai dit : ‘S’il vous plaît aidez-moi’, mais ils m’ont battue et je me suis effondrée devant le camion. Ils m’ont rouée de coups de pieds sur le sol. » Rosa a déclaré qu’elle a perdu connaissance et s’est réveillée dans la salle des urgences à l’hôpital. Quand Human Rights Watch s’est entretenu avec elle le 25 novembre dans un hôpital de Calais où elle avait été opérée de la jambe droite, elle a déclaré qu’elle devrait encore passer six semaines à l’hôpital. Human Rights Watch n’a pas pu vérifier la cause de sa blessure.

Salamou, 28 ans, originaire d’Érythrée, a déclaré que trois policiers l’ont battu près d’une station essence dans la soirée du 25 novembre 2014.

« Je marchais, normalement », a-t-il déclaré. « Quatre policiers sont sortis de leur camionnette et m’ont frappé à coups de bottes et de matraque. Après m’avoir frappé, un policier a dirigé une lampe sur moi et m’a ri au nez. ‘Aidez-moi’, ai-je supplié, mais il a ri. Ils m’ont donné des coups de pieds alors que j’étais à terre, comme un chien. » Quand Human Rights Watch a interrogé Salamou, le lendemain du jour où il affirme avoir été battu par la police, il avait des blessures visibles sur le nez.

« Il y a de bons policiers et de mauvais policiers », a déclaré Ahmed Ibrahim, 17 ans, demandeur d’asile en provenance du Soudan et vivant dans un camp de fortune à Calais. Il a affirmé à Human Rights Watch que deux policiers l’avaient roué de coups de pied quand il est sorti d’une voiture vide, où il était assis avec trois hommes à l’abri de la pluie. « Je voulais demander l’asile ici, mais avec cette violence, je préfère qu’ils me renvoient au Soudan. Je ne vais pas rester en France. Ils [les policiers] vous frappent, les gens vous jettent des œufs dessus. J’ai eu une mauvaise image de la France. »

Mohammad, 32 ans, originaire du Soudan, a déclaré qu’il marchait dans la rue à midi le 2 novembre 2014 quand un agent de police l’a frappé dans le dos avec une matraque. « J’ai couru et je suis tombé dans un trou », a-t-il confié. « La police a appelé une ambulance. J’ai passé 20 jours à l’hôpital, mon bras était cassé en trois endroits. » Il avait un bras dans le plâtre au moment de l’entretien.

Le 3 décembre 2014, « Aziz », un ressortissant d’Afghanistan âgé de 29 ans, a déclaré que des policiers l’avaient battu trois jours plus tôt.

« J’étais dans la rue en train d’utiliser le Wifi sur mon téléphone vers 23 heures », a-t-il expliqué. « Quand ils [les policiers] sont arrivés, j’ai commencé à courir, ils m’ont poussé au sol […] Un policier m’a poussé, j’étais par terre, ils m’ont aspergé [de gaz lacrymogène] et quand je me suis retourné, ils m’ont frappé. J’avais du sang sur le visage, sous mon œil, sur le nez et le genou. Je n’ai rien vu parce qu’ils m’ont d’abord aspergé puis ils m’ont frappé aux jambes, sur tout le corps. » Une chercheuse de Human Rights Watch a vu des traces de blessures sur le visage d’Aziz et des trous aux genoux de ses pantalons, dont il a affirmé qu’ils étaient dus au fait qu’il a été poussé et battu sur le sol.

Aziz a déclaré que des policiers l’avaient également battu 20 jours plus tôt quand ils l’ont trouvé caché dans un camion sur l’autoroute. « Ils m’ont frappé avec leurs mains, m’ont donné des coups de poing au visage, mon nez saignait. [Ils m’ont battu] avec un bâton sur le corps, puis ils m’ont sorti du camion et ont dit : ‘Allez ! Va dans la jungle !’ » La jungle est une référence au plus grand des camps de fortune où les demandeurs d’asile cherchent refuge.

Le 26 novembre 2014, Kader, 24 ans, originaire d’Éthiopie, a déclaré à Human Rights Watch dans la salle d’attente des urgences d’un hôpital de Calais : « J’étais sur la route, sur mon vélo, hier à 17 heures. Un fourgon de police blanc avec une ligne bleue [ce qui correspond à la description d’une camionnette appartenant à la police anti-émeute française] s’est arrêté. Cinq policiers sont sortis, l’un d’eux m’a poussé sur l’épaule et je suis tombé sur mon bras droit. Il m’a donné un coup de pied, ensuite il m’a aspergé le visage. » Quand une chercheuse de Human Rights Watch a rencontré Kader une semaine plus tard, son bras était dans un plâtre de résine et dans une écharpe, confectionnée avec un foulard.

Les autorités françaises prétendent que le gaz lacrymogène n’est utilisé que pour dissuader des groupes composés de nombreux migrants cherchant à grimper sur des camions. Mais les migrants ont affirmé qu’il a également été utilisé dans d’autres situations. Mohammad, 26 ans, originaire du Soudan, a déclaré : « Ils [les policiers] vous aspergent comme si vous étiez un insecte. Cela nous est arrivé à tous dans la rue. »

Souhail, 20 ans, originaire d’Iran, a expliqué : « Les policiers m’ont aspergé trois fois quand j’étais dans le camion. J’étais seul. Les trois fois, c’était il y a environ un mois. Les policiers ont ouvert la porte et avant de dire quoi que ce soit ils m’ont aspergé le visage, je ne pouvais rien voir et deux fois ils m’ont frappé avec leurs bottes et leurs mains. »

Lina, 25 ans, originaire d’Erythrée, a affirmé qu’elle était tombée depuis le bord escarpé de l’autoroute près du plus grand camp de Calais lorsque des policiers lui ont aspergé le visage alors qu’elle tentait de monter dans un camion avec un groupe. « Nous voulions aller dans [le camion], les policiers sont venus, ils ont dit ‘Allez ! Allez !’ et m’ont aspergée dans les yeux, je suis tombée », a-t-elle déclaré.

Dans un entretien avec les médias le 30 novembre 2014, Thierry Alonso, le directeur sortant de la sécurité publique pour le département du Pas-de-Calais et chef de la police dans la région de Calais, a nié tout mauvais traitement de la part des responsables de l’application des lois contre les migrants. Il a affirmé : « Quelles que soient les accusations contre les policiers et les gendarmes qui assurent leur mission sous mon autorité, tout ce qui peut être dit est infondé. Il n’y a eu ni blessés, ni violences à l’égard des migrants. »

Lors d’un entretien avec Human Rights Watch le 16 décembre 2014, le conseiller du ministre de l’Intérieur sur les questions de police a déclaré qu’ « Aucune violence policière n’est tolérée » et que même s’il n’était pas au courant de cas de violence policière contre les migrants et demandeurs d’asile à Calais, toute allégation basée sur des faits précis serait examinée.

Le 14 janvier 2015, Denis Robin, le préfet du département du Pas-de-Calais a déclaré à Human Rights Watch que bien qu’il y ait des blessés parmi les migrants à Calais, leurs blessures proviennent de leurs tentatives de passage au Royaume-Uni ou sont causées par d’autres migrants. Il a nié que des blessures aient été causées par un usage excessif et injustifié de la force par la police.

L’usage excessif et injustifié de la force par la police est interdit par le droit pénal français et constitue également une violation de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auxquels la France est partie. Selon les Principes de base des Nations Unies (ONU) sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois, ceux-ci dans l’exercice de leurs fonctions ne peuvent recourir à la force « que si les autres moyens restent sans effet ou ne permettent pas d’escompter le résultat désiré. » Si l’utilisation légitime de la force est inévitable, les responsables de l’application de la loi doivent faire preuve de modération et ne pas utiliser plus de force que celle qui est proportionnée pour atteindre un objectif légitime tel que la protection de la sécurité personnelle.

Conditions de vie précaires

Manque d’abris, d’eau et d’installations sanitaires
En novembre et décembre 2014, Human Rights Watch s’est rendu dans quatre campements de fortune à Calais et a rencontré un groupe de demandeurs d’asile vivant dans la rue. Des centaines de personnes, notamment des femmes et de très jeunes enfants, dormaient dans des tentes, sur des matelas en plein air, avec peu ou pas d’abri contre le froid. Lors de la visite de Human Rights Watch, la température est descendue à 1 degré Celsius au cours de la journée.

Aucun des camps ne dispose d’installations sanitaires et l’accès à l’eau est limité. Les personnes s’approvisionnent à la source d’eau la plus proche. L’un des camps a une source d’eau, mais les personnes dans les autres endroits devaient marcher entre 300 mètres et 2 km pour trouver de l’eau.

Les organisations locales estiment que 800 à 900 personnes vivent dans le plus grand camp, composé de deux sites proches l’un de l’autre, appelé localement « la jungle ». L’un se trouve sur le site d’une usine chimique et comprend une salle de sport couverte où plus de 100 personnes dorment dans des tentes ou sur le sol. L’autre site est situé dans un bois à proximité. Les organisations locales estiment que 200 femmes et enfants, y compris de jeunes enfants, vivent dans ces deux camps.

Jusqu’à ce qu’un centre de jour ouvre partiellement le 15 janvier 2015, des organismes de solidarité locaux fournissaient un repas par jour à environ 700 demandeurs d’asile et migrants dans le centre-ville. Pour nombre d’entre eux, c’est leur seul repas de la journée et ils doivent s’y rendre à pied puis faire la queue dans le froid pour recevoir la nourriture. Le nouveau centre est situé à 9 kilomètres de l’un des grands camps de fortune à Calais. La maire de Calais a interdit la distribution de repas dans des endroits autres que le nouveau centre, bien que l’un des organismes de solidarité ait dit qu’il continuerait de distribuer des repas aux personnes vivant dans ce camp deux fois par semaine.

Les préoccupations les plus courantes citées par les personnes vivant dans les camps ont été le froid et le manque d’accès aux installations sanitaires. L’organisation humanitaire Médecins du Monde fournit des douches une fois par semaine dans deux camps ainsi qu’aux femmes et aux enfants vivant dans le plus grand camp, d’une capacité de 20 à 25 douches par visite.

Zeinab, une femme de 23 ans originaire d’Éthiopie vivant avec son mari dans le plus grand camp, a expliqué à Human Rights Watch qu’elle se lave dehors avec une feuille de plastique autour d’elle. « Plus que le manque de nourriture, ne pas avoir une salle de bains est un problème plus important », a-t-elle confié.

Isabelle Bruand, coordinatrice de Médecins du Monde dans la région Nord-Pas-de-Calais, a décrit les conditions de vie des demandeurs d’asile et des migrants à Calais comme « inacceptables et catastrophiques ». La coordinatrice a énuméré des problèmes de peau comme la gale, des maux d’estomac et des maux de tête dus à l’insuffisance de nourriture, des problèmes respiratoires en raison de l’humidité, des problèmes de dos et des maux de dents comme conséquences directes ou indirectes de ces conditions de vie.

Réticence à demander l’asile en France
La majorité des personnes que Human Rights Watch a interrogées ont déclaré qu’elles voulaient demander l’asile, mais un grand nombre d’entre elles ont indiqué qu’elles ne l’ont pas fait en France en raison d’un manque d’hébergement pour les demandeurs d’asile, ainsi que de la violence policière et de l’hostilité de la part de certaines parties de la population locale. Certaines personnes ont également mentionné la longueur de la procédure d’asile comme facteur de dissuasion.

La procédure ordinaire de demande d’asile en France dure plus de deux ans. Le projet de loi devant le Parlement a pour objectif de réduire cette période à neuf mois.

Abdallah, 21 ans, originaire du Soudan, a déclaré à Human Rights Watch le 3 décembre 2014 qu’il avait vécu dans le plus grand camp de fortune de Calais pendant quatre mois.

« J’ai des amis qui ont donné leurs empreintes digitales il y a quatre mois et ils vivent avec nous dans la « jungle ». Donc, je préfère essayer d’aller au Royaume-Uni », a-t-il affirmé. « La vie est très, très dure. Il y a des problèmes partout : la salle de bains, un repas par jour est fourni par Salam [l’organisme de solidarité local], parfois nous recevons de l’aide des personnes ici et nous sommes reconnaissants, mais ce n’est pas ce que nous attendions. »

« Les personnes qui ont donné leurs empreintes digitales [en France] vivent ici avec nous », a déclaré Nasr Eddin, un ressortissant originaire du Soudan âgé de 30 ans vivant dans un camp à Calais. « Je voudrais faire une demande d’asile mais le problème c’est l’hébergement, le froid, la nourriture. »

« Ashraf », un demandeur d’asile âgé de 25 ans en provenance du Soudan vivant également dans un camp, a indiqué : « Nous n’avons pas d’endroit où nous laver, où prier. La France c’est bien, mais elle [la procédure d’asile] prend du temps. Où dormez-vous, où mangez-vous ? Je voudrais demander l’asile en France, mais il n’y a aucun endroit où habiter. »

Mohammad Moussa, 27 ans, demandeur d’asile en provenance du Soudan vivant dans un camp à Calais, a déclaré : « Les gens savent que la vie au Royaume-Uni est difficile et coûteuse. La France c’est beaucoup mieux. Mais ici, vous êtes sous la pluie, dans le froid, vous tombez malade. Au Royaume-Uni, j’aurai un hébergement et la procédure d’asile sera plus rapide. »

Salamou, l’homme érythréen battu par la police, a affirmé qu’il avait prévu de demander l’asile en France, mais après avoir été battu par la police, il a changé d’avis et il essayait d’aller au Royaume-Uni.

Réponse inadéquate du gouvernement français
En novembre 2014, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait une annonce à propos de l’ouverture d’un centre de jour – où les repas seront distribués à l’extérieur – pour 1 500 demandeurs d’asile et migrants à Calais, en disant qu’il allait ouvrir en janvier. Mais seuls certains services–repas, toilettes, eau et chargement de téléphones portables – étaient disponibles sur le site dès le 15 janvier 2015. L’ensemble des services du centre, avec 60 douches et l’accès à l’assistance juridique, ne seront disponibles qu’à partir d’avril. Le site comprendra des espaces modulaires séparés, avec 20 douches, pouvant accueillir 100 femmes et jeunes enfants à temps plein, mais ces nouveaux espaces n’ouvriront que le 20 mars 2015. Selon le préfet et un conseiller au ministère du Logement, ces espaces pourraient potentiellement être étendus pour accueillir plus de personnes vulnérables si nécessaire. Les hommes continueront d’être sans abri pendant la nuit.

Selon l’article 13 de la directive de l’Union européenne du 27 janvier 2003, établissant les normes minimales pour l’accueil des demandeurs d’asile (la directive d’accueil), les États membres de l’UE doivent fournir des « conditions matérielles d’accueil qui permettent de garantir un niveau de vie adéquat pour la santé et d’assurer la subsistance des demandeurs. »

Au regard du droit français, les demandeurs d’asile ont le droit au logement dans un centre d’accueil de l’État, ou centre d’accueil pour les demandeurs d’asile (CADA), où ils reçoivent également un soutien social et administratif en attendant que leur demande d’asile soit traitée.

Le Parlement a approuvé en novembre 2014 l’ouverture de 500 places supplémentaires dans les centres d’accueil dans différentes régions de France, afin de recevoir des demandeurs d’asile de Calais. Le 3 décembre 2014, le préfet, représentant du gouvernement dans la région Nord-Pas-de-Calais, a annoncé qu’un hangar serait disponible pour accueillir jusqu’à 1 500 migrants à Calais les nuits où la température ressentie atteindrait moins cinq degrés Celsius ou moins. Le hangar a ouvert le 26 décembre 2014 mais il a été fermé le 2 janvier 2015 lorsque la température est remontée. Il a ouvert à nouveau le 14 janvier 2015 à cause de vents forts dans les environs de Calais. L’association qui gère ce hangar a informé Human Rights Watch le 5 janvier 2015 que sa capacité maximale est de 500 places.

Le gouvernement français devrait respecter ses obligations en vertu de la directive de l’UE sur les conditions d’accueil et fournir un logement sans délai à tous les demandeurs d’asile en attendant que leurs demandes soient traitées, y compris les personnes qui indiquent leur intention de demander l’asile. Le gouvernement devrait également travailler avec les associations humanitaires et non gouvernementales afin de mettre en place l’hébergement d’urgence pour tout migrant sans papiers sans abri à Calais, en particulier pendant les mois d’hiver.

http://www.hrw.org/fr/news/2015/01/20/france-les-migrants-et-les-demandeurs-dasile-victimes-de-violence-et-demunis

 

Publicités