Mots-clefs

, , , ,

Quelques jours après la visite du ministre de l’intérieur à Calais, le 21 octobre, la police, qui venait de recevoir d’importants renforts (160 policiers et 300 gendarmes mobiles) s’est mise à filtrer l’accès au chemin des Dunes, qui longe le bidonville de Calais (voir ici et ). La base légale de ce filtrage à l’accès d’une voie publique est toujours inconnue à ce jour. Ce filtrage entrave l’action des bénévoles qui viennent au bidonville.

Mais il ne suffit pas de franchir le barrage de police. Celle-ci s’est mise à verbaliser les voitures garées le long du chemin des Dunes – donc les voitures des bénévoles – pour stationnement interdit.

Le 10 novembre, la mairie de Calais régularise la situation par un arrêté municipal interdisant le stationnement et l’arrêt le long du chemin des Dunes. L’arrêt signifie qu’on ne peut même pas déposer une personne ou donner quelque chose tout en restant au volant de son véhicule. Seul-e-s les bénévoles sont concerné-e-s, la rue est une impasse, les quelques propriétés ont une cour où peuvent se garer les véhicules des visiteur-se-s.

Mais la police verbalise aussi des véhicules de bénévoles le long de la route de Gravelines, ou même à l’intérieur du bidonville, c’est-à-dire en dehors de la voie publique.

Cette attitude est cohérente avec la volonté des autorités de couper les liens entre les exilé-e-s et les personnes solidaires, et d’éloigner aussi les témoins de ce qui se passe et du traitement qui leur est infligé (voir ici et ).

https://goo.gl/maps/ddcPnw4miyL2

 

Arrêté stationnement chemin des Dunes 1Arrêté stationnement chemin des Dunes 2

 

 

Publicités