Étiquettes

, , , , ,

En six mois, le gouvernement français a été condamné deux fois par la justice administrative (voir ici, ici, ici, ici et ) pour l’état d’abandon dans lequel il laisse les mineur-e-s isolé-e-s étranger-ère-s dans le bidonville de Calais. Malgré ces deux condamnations, rien n’a été fait, sauf un comptage effectué par France Terre d’Asile dont on ne connaît ni le résultat et qui n’a entraîné aucun effet en terme de protection de ces jeunes comme le prévoit la loi.

Assez logiquement, lors de la destruction de la partie sud du bidonville (voir ici, ici, ici et ) et de l’expulsion de ces presque trois mille cinq cents habitant-e-s, aucune solution n’a été prévue pour les mineur-e-s. La seule possibilité qui leur a été laissée est d’aller dans vers les moyens d’hébergement proposés aux adultes, camp de containers du bidonville de Calais (voir ici et ) ou « centres de répit » un peu partout en France (voir ici, ici, ici ou ), structures qui ne sont ni habilitées ni préparées à accueillir des mineur-e-s isolé-e-s.

Comme pour les adultes, la destruction de la partie sud du bidonville a eu pour effet un déplacement d’une large part des mineur-e-s vers la partie nord de celui-ci. Mais comme pour les adultes, ce n’est pas tout. À la différence près qu’on ne laisse pas des mineur-e-s dans la nature et que l’État a une obligation de protection, déléguée au président du conseil départemental et mise en œuvre par l’Aide Sociale à l’Enfance.

Et entre le recensement de la population du bidonville fait par les associations avant la destruction de la partie sud et celui fait après la destruction, il y a une différence de cent vingt-neuf mineur-e-s isolé-e-s qui étaient dans la partie sud et dont on ne sait plus où ils ou elles sont.

Selon EUROPOL, l’agence européenne de coordination policière, plus de dix mille mineur-e-s isolé-e-s étranger-ère-s ont disparu en Europe ces deux dernières années. Disparu-e-s, c’est-à-dire dans une situation de vulnérabilité aggravée, ne bénéficiant d’aucune mesure de protection, exposé-e-s à toutes les formes d’exploitation.

http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/31/10000-enfants-migrants-disparus-europe_n_9125774.html

Le ministre de l’intérieur en a ajouté cent vingt-neuf autres, en faisant détruire la partie sud du bidonville.

 

Des truction bidonville 2016-03-11 bébé11 mars 2016, dans la partie sud du bidonville en cours de destruction. Photo association Polyvalence.

 

Publicités