Étiquettes

, , , ,

Hier, le président de la république a dit que la « jungle » de Calais avait été « nettoyée », avant d’ajouter « et nous allons continuer ».

Dans le réel, près de trois mille cinq cents personnes ont été chassées de leurs abris, ont vu ceux-ci détruits, ont souvent perdu tout ou partie de leurs effets personnels. La plupart d’entre elles se sont retrouvées dans des conditions semblables, dans la partie nord du même bidonville, ou dans des conditions pires, de la Bretagne à la Belgique et à Paris. Ce qui a été détruit, c’est aussi le travail des associations pour rendre les conditions de vie moins invivables dans un lieu où, rappelons-le, l’État a voulu concentrer les exilé-e-s il y a un an par la menace et par la force.

Dans le discours, le président de la république se hisse au niveau des posts d’extrême-droite qui circulent sur les réseaux sociaux, figurant les personnes qu’ils s’agit de « nettoyer » comme de la crasse ou des cafards.

http://www.closermag.fr/people/politique/Zapping-peopolitique/le-nettoyage-de-la-jungle-de-calais-les-propos-maladroits-de-francois-holl-607819

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/hollande-la-jungle-de-calais-ete-nettoyee-mais-la-presence-des-migrants-doit-encore-diminuer-975706.html

Est-ce que ce n’est pas l’Élysée qu’il faut nettoyer quand les pouvoirs publics à leur plus haut niveau conjuguent la violence à l’incurie ?

La violence a été abondamment documentée, citons simplement le dernier rapport du Défenseur des Droits, qui propose aussi des pistes pour sortir de cette situation dans le respect des droits (voir ici, ici et ) :

Vous pouvez télécharger le rapport du Défenseur des Droits ici.

Ou celui que viennent de publier en anglais des chercheurs britanniques :

Vous pouvez télécharger le rapport de Refugee Rights Data Project ici.

Violence encore avec les multiples détournements de l’état d’urgence qui deviennent ordinaires (voir ici, ici et ).

Incurie lorsqu’on voit que le dispositif des « centres de répit » ou Centres d’Accueil et d’Orientation, à travers lequel les exilé-e-s qui souhaitent s’éloigner de Calais pour réfléchir à leur projet migratoire devraient pouvoir être accueilli-e-s et accompagné-e-s, est toujours aussi improvisé. Avec des réussites, là où se conjuguent un préfet un peu soigneux, un opérateur missionné par les pouvoirs publics ouvert, et surtout une implication des associations du voisinage. Mais aussi beaucoup de lieux où les exilé-e-s se retrouvent en panne, sans accompagnement, isolé-e-s, ce qui les amène à revenir à Calais (voir ici, ici et ).

Incurie quand on voit l’état dans lequel se trouve le système d’asile en France, comme en témoigne la Cimade Île-de-France :

http://www.lacimade.org/conditions-dacces-au-droit-dasile-en-ile-de-france/

Incurie quand on voit ce qu’est le camp de containers installé à Calais, qui est par ses règles de fonctionnement un symbole de l’inhospitalité, à tel point qu’il a fallu deux mois et deux destructions partielles du bidonville pour le remplir (voir ici et ).

Incurie quand on voit l’image de la France dans le dernier rapport mondial sur les droits de l’homme publié par le Département d’État américain, dans laquelle la petite de Calais est citée de manière peu honorable, puisqu’il y est dit que la police française a « battu, frappé et utilisé des gaz irritants contre des migrants et des demandeurs d’asile dans le port de Calais » :

http://www.lecourrierdelatlas.com/1120814042016Pour-les-Etats-Unis-la-France-est-islamophobe.html

Heureusement, la société s’invente ailleurs qu’au plus haut niveau de l’État, comme nous le montre l’actualité, et comme on peut en voir deux exemples récents ici et .

 

Bosch-tentation-1Jérôme Bosch : La Tentation de Saint Antoine – détail.

 

Publicités